Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des centaines de personnes cherchent à quitter la Centrafrique

Reuters28/12/2013 à 21:15

DES CENTAINES DE PERSONNES CHERCHENT À QUITTER LA CENTRAFRIQUE

par Paul-Marin Ngoupana

BANGUI (Reuters) - Des centaines de personnes ont tenté samedi de quitter la Centrafrique à bord de vols d'urgence vers le Tchad, et certains pays d'Afrique ont appelé à l'aide pour faciliter l'évacuation de leurs ressortissants face à une crise humanitaire de plus en plus aiguë.

Les violences entre les rebelles musulmans de la Séléka, qui ont pris le pouvoir en mars en chassant le président François Bozizé, et les milices chrétiennes "anti-balaka" ont fait plus de mille morts ce mois-ci dans la capitale, Bangui. Des centaines de milliers d'habitants ont été déplacés par les affrontements à travers le pays.

Les miliciens "anti-balaka" (anti-machettes) prennent pour cible les musulmans, qui sont restés inféodés selon eux à la Séléka durant les mois de pillages et de chaos depuis mars dernier. Comme bon nombre d'éléments de la Séléka sont venus du Tchad, les ressortissants tchadiens sont particulièrement visés, ce qui a poussé le gouvernement de N'Djamena à affréter des vols cette semaine pour les rapatrier.

Cependant, nombre de ceux qui attendaient samedi dans la chaleur à l'aéroport de Bangui-M'Poko étaient des musulmans centrafricains fuyant leur pays, majoritairement peuplé de chrétiens, par crainte de représailles.

"Nous n'avions jamais connu des violences aussi barbares que celles-ci", a témoigné Aishatou Abdelkarim, une femme de 31 ans mariée à un Tchadien. "Le diable a pris le contrôle de notre pays", ajoutait-elle.

CALME DANS BANGUI

Lors des cinq premiers jours de ces vols de rapatriement, près de 2.750 personnes ont été évacuées vers N'Djamena, selon l'Organisation internationale des migrations (OIM). Cela ne représente qu'une fraction des centaines de milliers de Tchadiens vivant en RCA.

Plus de 800.000 personnes, sur une population totale de 4,5 millions d'habitants, ont fui leurs habitations durant les violences du mois de décembre -et la moitié ont cherché refuge dans la capitale, selon les Nations unies. L'Onu a lancé vendredi un appel à l'aide humanitaire pour répondre aux besoins d'urgence comme l'eau potable, les sanitaires et les camps de fortune.

Plus de 200 Camerounais ont été rapatriés vendredi, ce qui porte à environ 900 le nombre de Camerounais évacués depuis le début du mois. Le Sénégal et le Niger ont demandé l'aide d'urgence de l'OIM pour faire sortir de Centrafrique des centaines de leurs ressortissants.

Les soldats africains de maintien de la paix et les forces françaises de l'opération "Sangaris" ont été pris dans les tirs croisés entre les camps centrafricains rivaux, ce qui complique les efforts de désarmement. Nombre de musulmans accusent les Français de les laisser sans défense en désarmant les hommes de la Séléka avant les "anti-balaka" -ce que Paris dément catégoriquement.

Le calme régnait samedi dans les rues de Bangui. Le président français François Hollande a demandé vendredi au secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon une plus grande implication de l'Onu en Centrafrique.

Eric Faye pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.