Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des anciennes ouvrières de Lejaby ouvrent leur atelier

Reuters20/06/2012 à 12:44

Des anciennes ouvrières de Lejaby ouvrent leur atelier

par Catherine Lagrange

LYON (Reuters) - Les ouvrières de Lejaby, qui n'ont pas toutes bénéficié du plan de sauvetage intervenu en plein campagne présidentielle à Yssingeaux (Haute-Loire), ont décidé de prendre leur destin en main et de monter leur propre atelier de façonnage.

Le projet, baptisé "Les Atelières", prévoit l'ouverture, pour le 15 octobre, d'un atelier de 25 ouvrières, spécialisé dans le façonnage de lingerie et de maillots de bain haute couture.

Il a vu le jour sous l'impulsion d'une chef d'entreprise villeurbannaise, dirigeante d'une agence de communication, qui s'est émue de l'histoire industrielle de Lejaby et du sort réservé à ses ouvrières.

"Je me suis toujours intéressée à l'histoire du textile dans cette agglomération", confie Muriel Pernin, 49 ans. "J'ai été émue par le fait que des ouvrières au savoir-faire exceptionnel se retrouvent sans emploi et sans espoir d'en retrouver dans leur métier".

Elle s'est également inquiétée de la perte du savoir-faire en matière de corsetterie haut de gamme sur le sol français.

En décembre dernier, Lejaby, implanté en Rhône-Alpes et en Auvergne et placé en liquidation, avait été racheté à la barre du tribunal de commerce par Alain Prost qui a maintenu 190 emplois à Rillieux, où l'on s'adonne désormais à la maroquinerie, mais aussi fermé le site d'Yssingeaux.

Un an auparavant, la fermeture des sites de Bourg-en-Bresse, du Teil et de Bellegarde avait entraîné le licenciement de plusieurs centaines d'ouvrières.

Pour lancer l'atelier, Muriel Pernin a réuni 100.000 euros de fonds qu'elle souhaite compléter par 150.000 euros. Elle compte pour cela sur des investisseurs de bonne volonté mais également sur une souscription publique lancée par l'association "Les Atelières" qui doit entrer au capitale de la SAS.

"Soutenez-nous avec 10 euros. Les Atelières lancent leur souscription", indique l'association sur ses comptes Facebook et Twitter depuis le début de semaine.

"En deux jours, les résultats dépassent nos espérances", se réjouit Muriel Pernin. "Les Français ont envie d'arrêter de pleurer sur leurs emplois perdus et de se mobiliser".

"MADE IN FRANCE"

L'appel a été entendu par le public, mais également par les donneurs d'ordre. Plusieurs maisons de haute-couture françaises ont déjà pris contact avec Les Atelières pour leur confier la fabrication de certaines pièces de leur collection.

"Ces maisons ont aujourd'hui besoin d'afficher du 100% Made in France", dit Muriel Pernin.

"Notre commande va permettre de lancer l'atelier", indique de son côté Alain Prost, le nouveau patron de la Maison Lejaby, ardent défenseur du "luxe à la française".

Il assurera pour commencer un tiers du chiffre d'affaire des Atelières. "Ce projet est viable et même porteur d'un gros potentiel".

Dans le cadre du partenariat qu'il engage avec les Atelières, Alain Prost, fournira, en plus de ses commandes, les machines à coudre à un prix avantageux ainsi que la formation des 25 ouvrières d'octobre à décembre prochain.

Parmi les partenaires également, Nicole Mendez, ouvrière Lejaby et délégué CFDT qui a été de toutes les batailles syndicales de l'entreprise.

"On croit à fond à ce projet et on a le devoir de réussir", dit cette dernière. "On se rend compte aujourd'hui que le luxe veut relocaliser sur le territoire français. Il était temps. Il allait bientôt être trop tard, il n'y a déjà plus d'école de corsetière".

Elle-même, bientôt à la retraite, envisage de venir former aux Atelières ses jeunes collègues pour assurer la relève.

Après la reprise, en février dernier de l'usine Lejaby par un maroquinier sous-traitant de Vuitton, le site de Bourg-en-Bresse (Ain) ainsi que celui du Teil (Ardèche) font eux aussi l'objet de projets de reprise.

édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.