Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dernière salve de réformes pour un Sarkozy presque candidat

Reuters30/01/2012 à 09:16

DERNIÈRE SALVE DE RÉFORMES POUR UN SARKOZY PRESQUE CANDIDAT

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a lancé dimanche soir la dernière salve de réformes de son quinquennat, dont une hausse de TVA pour financer la protection sociale, à moins de trois mois d'une élection présidentielle à laquelle il entend participer.

Lors d'une émission à l'allure de quitte ou double retransmise par huit chaînes de télévision, le chef de l'Etat, à la traîne dans les sondages, visage grave, a débord éludé les questions sur sa candidature.

Mais à la fin de son intervention, essentiellement consacrée à des réformes censées enrayer le chômage et relancer l'économie française, il n'a laissé aucun doute sur ce qui n'est plus depuis longtemps qu'un faux suspense.

"Si un jour je dois rentrer en campagne, à ce moment-là, je serai le candidat et parfois je peux en avoir l'impatience, tant je constate d'arrogance déplacée", a-t-il déclaré en attaquant implicitement le candidat socialiste François Hollande, favori des enquêtes d'opinion.

"J'ai un rendez-vous avec les Français, je ne me déroberai pas et franchement ça approche", a ajouté Nicolas Sarkozy, qui s'est efforcé de dissiper les rumeurs sur ses éventuels états d'âmes en se disant "très déterminé".

Une détermination qu'il s'est attaché à illustrer en annonçant une mesure impopulaire, y compris dans son propre camp : le passage de la TVA de 19,6% à 21,2%, qui n'entrera cependant en vigueur que le 1er octobre, soit cinq mois après l'élection présidentielle, a-t-il précisé.

Cette mesure, complétée par une hausse de deux points de la Contribution sociale généralisée (CSG) sur les produits financiers, permettra d'abaisser les cotisations sociales patronales pour améliorer la compétitivité des entreprises françaises, a expliqué le chef de l'Etat.

DÉCISIONS CONTESTÉES

L'exonération de cotisations familiales des entreprises sera totale pour les salariés entre 1,6 à 2,1 smic, puis dégressive jusqu'à 2,4 smic. Cela concernera deux tiers des effectifs de l'industrie (82% dans l'automobile) et 97% dans l'agriculture, a dit Nicolas Sarkozy, qui chiffre le coût à 13 milliards d'euros.

Il s'est efforcé de répondre aux objections soulevées jusque dans la majorité contre la hausse de TVA en assurant qu'elle n'aurait pas d'incidence sur les prix et que le niveau en France de cet impôt indirect serait ainsi dans la moyenne européenne.

Autre décision par avance contestée, notamment par les syndicats : les entreprises pourront conclure des accords sur des baisses de salaire ou sur le temps de travail avec leurs salariés, avec pour conséquence la fin de la semaine de 35 heures, si cela permet de sauver des emplois.

Les entreprises de plus de 250 salariés devront embaucher au moins 5% de jeunes en alternance et en apprentissage sous peine de lourdes sanctions, a ajouté Nicolas Sarkozy.

Il a annoncé la création d'une banque dotée d'un milliard d'euros pour financer les investissements de l'industrie.

Pour remédier à la pénurie de logement, qui fait flamber les prix de l'immobilier, les possibilités de construction seront partout augmentées de 30% pour les trois ans qui viennent.

Nicolas Sarkozy a enfin confirmé que la France mettrait en place une taxe sur les transactions financières de 0,1%, censée rapporter un milliard d'euros par an, et assuré avoir trouvé un mécanisme pour éviter que cela n'entraîne des délocalisations.

Enfin, il s'est voulu rassurant en affirmant que l'Europe n'était plus "au bord du gouffre" financier et en annonçant un déficit public français plus faible que prévu en 2011, à 5,4%, voire 5,3% du PIB.

SARKOZY ATTAQUE "L'ARROGANCE" DE HOLLANDE

Les mesures annoncées seront soumises au Parlement en février dans un projet de loi de finances rectificative, à l'occasion duquel le gouvernement reverra à la baisse sa prévision de croissance pour 2012 et annoncera de nouvelles économies, selon une source gouvernementale.

Tout au long de son intervention, le chef de l'Etat a multiplié les piques contre François Hollande, qui a conforté son statut de favori lors de son discours du 22 janvier au Bourget, puis lors de la présentation de son programme.

"Les Français sont très lucides. Ce qui les inquiète, c'est quand ils sentent qu'on leur raconte n'importe quoi sans aucune précision et qu'on leur propose des rêves à bon marché", a-t-il ainsi dit. "Ce n'est pas ce que je suis venu faire."

Non sans admettre qu'il avait lui même "fauté" et connu "les ravages de l'arrogance" quand il était "plus jeune" - allusion, notamment, à l'époque où il soutint la candidature malheureuse de l'ancien Premier ministre Edouard Balladur, en 1995.

Il a en revanche loué à plusieurs reprises l'ancien chancelier socialiste allemand Gerhard Schröder, "un homme d'une grande qualité", dont il a pris les réformes pour modèle.

Emmanuel Jarry, avec Yann Le Guernigou, Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.