1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Départs en vacances : avec les anges gardiens de l'autoroute A1
Le Parisien07/07/2019 à 08:01

Départs en vacances : avec les anges gardiens de l'autoroute A1

La voiture est chargée, les ceintures des enfants attachées, et le GPS branché. C'est parti ! Vous êtes prêts à avaler la route qui vous sépare de votre lieu de vacances. Certains d'entre vous prendront l'autoroute A 1, long ruban de bitume de deux fois trois voies qui relie Lille à Paris sur 211 km. Une liaison routière qui traverse les champs de bataille de la Première Guerre mondiale, flirte avec le Parc Astérix et longe deux aéroports internationaux - Le Bourget et, surtout, Roissy (Seine-Saint-Denis) -, dont les pistes enjambent l'autoroute. Si vous faites attention, au péage de Chamant (Oise), au lieu de pester contre l'automobiliste devant vous qui a perdu son ticket, vous tomberez peut-être sur la bonne humeur de Florence qui viendra à son secours. En branchant votre radio sur Autoroute FM 107.7, vous entendrez les voix rassurantes de Thomas, Christophe ou Philippe vous informer sur les conditions de circulation. Et puis, dans sa chasuble jaune fluo, au volant de son fourgon, n'oubliez pas de lever le pied quand vous croiserez Pascal, l'un des Saint-Bernard de l'A 1, chargé d'assurer votre sécurité. Quelques prénoms, et autant de métiers pour que cette transhumance estivale se déroule au mieux. Au total, pour entretenir et surveiller l'A 1 - la deuxième plus vieille autoroute de France, après le tunnel de Saint-Cloud sur l'A 13 -, 370 personnes se relaient toute l'année. Une grosse PME, dirigée par la Sanef, filiale d'Abertis, le spécialiste espagnol de la gestion d'infrastructures routières, à qui l'État a confié, en 2006, une concession courant jusqu'au 31 décembre 2032 pour la gestion de 170 km de l'A 1, entre l'aéroport de Roissy et les terrils d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). « Les 40 km restants, c'est l'État qui s'en occupe », précise Frédéric Michel, le responsable du réseau Nord chez Sanef. 170 km sous haute surveillanceLa mission de ces 370 salariés ? ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rodan3
    07 juillet11:32

    "Les 40 km restants, c'est l'État qui s'en occupe », précise Frédéric Michel," non séreiux ?? ---- il s'en occupe comment... en faisant de l'élevage de poules et d'autruches sur les dizaines de nids qui parsèment les chaussées ??

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer