1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Départementales : les incertitudes du «troisième tour»

Le Parisien02/04/2015 à 11:25

Départementales : les incertitudes du «troisième tour»

Quatre jours après le deuxième tour des élections départementales, les assemblées élisent ce jeudi leurs président(e)s. Dimanche dernier, l'UMP et l'UDI ont fait basculer à droite 25 départements détenus par la gauche et devraient, normalement, se retrouver aux commandes de 66 départements sur 101.

Pour être élu pour six ans, le président du conseil départemental (ex-conseil général) doit recueillir la majorité absolue au 1er ou au 2ème our de scrutin. A défaut, il est élu à la majorité relative au 3ème tour. En cas d'égalité des voix, l'élection est acquise au bénéfice de l'âge.

Si les femmes occupent désormais la moitié des bancs dans les conseils départementaux, elles ne seront qu'une infime poignée à s'installer dans les fauteuils des présidences : 4 socialistes, 2 UMP (peut-être 3 ou 4) et 1 UDI. 

Gauche ou droite ?

Dans le Vaucluse,où gauche et droite sont à égalité avec 12 sièges chacun, l'UMP table sur l'élection à la majorité relative du doyen d'âge issu de ses rangs. Il s'agit de Maurice Chabert, 71 ans, maire de Gordes.

Dans l'Aisne, où il n'a qu'un canton d'avance sur les huit de la gauche, l'UMP mise aussi sur le troisième tour pour porter l'un des siens à la présidence et neutraliser les élus des quatre cantons détenus par le FN.

Dans le Tarn-et-Garonne et la Lozère, ce sont des candidats dits «divers» qui arbitreront entre gauche et droite à égalité de sièges. Dans les deux cas, ces candidats ont été classés par le ministère de l'Intérieur «divers gauche». S'ils penchaient effectivement de ce côté, Jean-Michel Baylet pourrait continuer à conduire son département du Sud-ouest. Et la Lozère serait alors le seul département à basculer à gauche.

Duels à droite

Deux duels à droite vont aussi retenir l'attention. A commencer par celui de l'Essonne où Georges Tron, qui a vu son renvoi aux assises pour viol annulé par l'avocat général de la Cour de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.