Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Depardieu rend son passeport, réactions furieuses

Reuters16/12/2012 à 15:21

GÉRARD DEPARDIEU AFFIRME RENONCER À LA NATIONALITÉ FRANÇAISE

par Thierry Lévêque

PARIS (Reuters) - Pour protester contre les critiques sur son exil fiscal en Belgique, l'acteur Gérard Depardieu a dit renoncer à la nationalité française dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Cette déclaration a suscité de nouvelles déclarations furieuses de deux membres du gouvernement de gauche, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti regrettant qu'il ne retourne pas au cinéma muet, tandis que son homologue du Travail Michel Sapin évoquait une "déchéance" de la star.

Cette polémique alimente le débat en France sur la hausse des impôts pour les riches, qui risque, selon les détracteurs des mesures allant en ce sens, de provoquer un exil massif de grandes fortunes.

Le nouveau gouvernement de gauche a notamment instauré une nouvelle tranche supérieure d'impôt sur le revenu à 45% et décidé de prélever 75% de la part des revenus supérieure à un million d'euros pour une période qui serait de deux ans.

Ces chiffres s'appliquent à un revenu imposable calculé après déduction des "niches" fiscales.

L'acteur français explique sa décision par les propos du chef du gouvernement, qui a qualifié d'"assez minable" son choix d'élire domicile à Néchin, en Belgique, pays à la fiscalité plus avantageuse pour les contribuables fortunés.

"Minable, vous avez dit 'minable'? Comme c'est minable", lui rétorque l'acteur dans sa lettre ouverte en s'inspirant de la réplique de Louis Jouvet dans le film Drôle de Drame de Marcel Carné.

"Je ne demande pas à être approuvé, je pourrais au moins être respecté. Tous ceux qui ont quitté la France n'ont pas été injuriés comme je le suis", écrit-il dans cette lettre reproduite par le JDD.

Gérard Depardieu, qui aura 64 ans à la fin de l'année, rappelle qu'il a commencé à travailler à l'âge de 14 ans et assure avoir toujours payé ses taxes et ses impôts. Il affirme notamment avoir "payé, en 2012, 85% d'impôts sur (s)es revenus" et "145 millions d'euros d'impôts en quarante-cinq ans".

FILIPPETTI LE VOUE AU MUET

"Je ne suis ni à plaindre, ni à vanter, mais je refuse le mot 'minable'. Qui êtes-vous pour me juger ainsi, je vous le demande, M. Ayrault, Premier ministre de M. Hollande, je vous le demande, qui êtes-vous ?", poursuit l'acteur en interpellant le chef du gouvernement.

"Je vous rends mon passeport et ma Sécurité sociale dont je ne me suis jamais servi", ajoute-t-il. "Nous n'avons plus la même patrie, je suis un vrai Européen, un citoyen du monde."

Le ministre du Travail Michel Sapin, interrogé lors de l'émission Grand rendez-vous Europe1-I>TELE-Le Parisien, a brocardé ces déclarations.

"Au-delà de la personnalité, au-delà du talent, c'est une forme de déchéance personnelle que je trouve dommageable. Je ne dis pas déchéance pour la personne, je dis que c'est une attitude pas à la hauteur de l'acteur", a-t-il déclaré.

Aurélie Filippetti a qualifié la réaction de Gérard Depardieu de "scandaleuse" sur France Info.

"Quand on abandonne le navire, quand on déserte, car nous sommes dans une guerre économique, on ne vient pas en plus donner des leçons de morale aux autres", a-t-elle dit.

"Il aurait mieux fait de s'abstenir et en l'occurrence, on regrette que Gérard Depardieu ne retourne pas au cinéma muet", a-t-elle ajouté.

Elle a rappelé au passage que le cinéma français devait son succès à l'étranger à un très copieux système de subventions et de soutien par l'argent public.

La Belgique n'impose ni la fortune, ni les plus-values sur le patrimoine privé, ce qui en fait un havre fiscal pour des contribuables français.

Un débat avait déjà été suscité par la décision de Bernard Arnault, PDG du groupe français de luxe LVMH et première fortune de France, de demander la nationalité belge, même s'il assurait qu'il n'y avait pas de raison fiscale à cette démarche.

L'écrivain Michel Houellebecq, prix Goncourt 2010, a fait la démarche inverse en annonçant dimanche qu'il renonçait à son exil en Irlande, par une déclaration de son agent dans Le Parisien. Ce dernier explique cette démarche par "la conjugaison du mauvais temps, de la pratique de la langue anglaise et le désir d'être un bon citoyen".

Bertrand Boucey et Henri-Pierre André pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.