Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Démonstration de force d'Erdogan à Istanbul

Reuters17/06/2013 à 02:01

RASSEMBLEMENT DE PARTISANS DU PREMIER MINISTRE TURC À ISTANBUL

par Ayla Jean Yackley et Daren Butler

ISTANBUL (Reuters) - Recep Tayyip Erdogan a rassemblé dimanche des milliers de partisans lors d'un grand rassemblement à Istanbul au moment où les forces de l'ordre usaient de grenades lacrymogènes pour disperser dans le centre-ville des manifestants antigouvernementaux.

Le Premier ministre turc a déclaré devant une marée de supporters agitant des drapeaux que le mouvement de contestation de ces deux dernières semaines avait été manipulé par des "terroristes". Il a rejeté les accusations selon lesquels il se comporterait comme un "dictateur", un refrain de ses détracteurs.

La police anti-émeutes a tiré des gaz lacrymogènes dans les rues adjacentes de la place Taksim au moment de son discours pour tenter d'empêcher les manifestants, éjectés samedi soir par la force, de se regrouper dans le parc Gezi, qui borde la place emblématique du "Mai-turc".

"Ils affirment que je suis trop dur, ils me traitent de 'dictateur'. Mais quelle sorte de dictateur reçoit les occupants de Gezi et des défenseurs de l'environnement sincères? Est-ce bien le même dictateur?", s'est-il interrogé, applaudi frénétiquement par la foule.

Il a estimé que ce mouvement était un prétexte de la part d'une minorité "pour dominer la majorité". "(...) Il n'est pas question de le tolérer et nous ne le permettrons pas", a-t-il martelé.

Confronté depuis fin mai à un mouvement de contestation inédit depuis son accession au pouvoir en 2002, le Parti de la Justice et du Développement (AKP) du Premier ministre a ainsi montré ses forces à quelques kilomètres seulement de Taksim et de Gezi, où campaient des centaines de protestataires depuis fin mai.

"Nous sommes la majorité silencieuse, pas cette racaille qui essaie de nous faire peur", a dit une participante, Ruveyda Alkan, interrogée parmi la foule de partisans de l'AKP, issu de la mouvance islamiste.

Avant ce grand rassemblement, les autorités turques avaient entrepris de nettoyer la place Taksim et ses abords au lendemain de l'intervention des forces de l'ordre pour déloger les manifestants campant dans le parc voisin de Gezi, dans le centre d'Istanbul.

Entouré d'un imposant dispositif policier, des bulldozers ont démantelé les barricades tandis que des employés municipaux nettoyaient les rues du quartier, bouclé par les forces de l'ordre.

APPEL À LA GRÈVE GÉNÉRALE LUNDI

Samedi soir, la police anti-émeutes a fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau pour disperser les manifestants rassemblés depuis plus de deux semaines dans le parc Gezi, qui jouxte la place. Quelques heures plus tôt, le chef du gouvernement avait exigé la levée de ce campement sous peine d'une évacuation de force par la police.

Après cette soudaine intervention policière, des milliers de Turcs sont descendus dans les rues de plusieurs quartiers d'Istanbul pour ériger des barricades à l'aide de barrières métalliques, de pavés et de panneaux publicitaires, tout en allumant des feux. Certains scandaient "Tayyip, démission".

Le calme est progressivement revenu en fin de nuit et les rues d'Istanbul étaient en grande partie paisibles dimanche matin, même si quelques groupes de manifestants continuaient de défier la police.

Des heurts ont toutefois éclaté dimanche dans des quartiers stambouliotes jusqu'ici en grande partie épargnés par les violences. Des manifestants ont ainsi allumé des feux et dépavé un secteur proche du pont de Galata qui mène au quartier historique de Sultanahmet, très prisé des touristes.

A Ankara, les forces de l'ordre ont tiré dimanche des grenades lacrymogènes pour disperser des centaines de manifestants bloquant les rues du quartier de Kizilay, a rapporté un journaliste de Reuters.

Le gouvernement affirme que les contestataires sont manipulés par des organisations clandestines désireuses de semer le chaos en Turquie.

Deux syndicats, la Confédération syndicale des salariés du secteur public (Kesk) et la Confédération des syndicats révolutionnaires (Disk), ont décrété une journée de grève générale lundi en réaction à l'intervention de la police dans le parc Gezi.

Trois autres organisations représentant des médecins, des ingénieurs et des dentistes vont participer à ce mouvement, ont annoncé ces deux syndicats.

Les manifestants s'opposaient initialement à la construction dans le parc Gezi d'un ensemble immobilier imitant des casernes de l'époque ottomane. A la suite d'une intervention policière le 31 mai sur la place Taksim, leur mouvement s'est transformé en contestation généralisée du gouvernement, accusé de remettre en cause les fondements laïques de la Turquie et de vouloir imposer un carcan religieux à la société.

Ces troubles ont terni l'image d'une Turquie démocratique et ouverte à l'économie de marché que l'AKP s'emploie à donner au monde depuis une décennie. Ils ont fait quatre morts et environ 5.000 blessés, selon l'Association médicale de Turquie.

Avec les bureaux de Reuters à Istanbul et Ankara; Bertrand Boucey et Jean-Loup Fiévet pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.