Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Démission du négociateur en chef de l'opposition syrienne

Reuters30/05/2016 à 02:37
 (Actualisé avec précisions) 
    AMMAN, 30 mai (Reuters) - Mohamed Allouche, le négociateur 
en chef de l'opposition syrienne, a annoncé sa démission 
dimanche pour protester contre l'enlisement des discussions de 
paix de Genève.  
    Ces discussions indirectes menées sous l'égide de l'Onu 
n'ont permis ni de trouver une solution politique, ni d'alléger 
les souffrances des Syriens qui vivent dans les villes assiégées 
ni de procéder à la libération des prisonniers, déclare Mohamed 
Allouche, qui est aussi le chef du puissant groupe rebelle 
Djaïch al Islam et son représentant au Haut Comité des 
négociations (HCN). 
    Le HCN, basé en Arabie saoudite, a été mis sur pied par 
l'opposition avec le soutien des puissances occidentales. Il a 
quitté Genève fin avril pour protester contre la détérioration 
de la situation sur le terrain, notamment à Alep. Il refuse de 
reprendre les discussions en l'absence d'amélioration. 
    Aucune date n'a été fixée pour la reprise des pourparlers. 
    Les négociations, dit Mohamed Allouche dans une déclaration 
adressée à Reuters, sont une "perte de temps" dans la mesure où 
aucune des demandes de l'opposition n'a été acceptée. 
    Il dit ne pas s'attendre à une reprise des discussions tant 
que le gouvernement syrien restera intransigeant et qu'il ne 
sera pas prêt à entrer dans des "négociations sérieuses". 
    Le gouvernement syrien ne reconnaît pas le droit du HCN à 
s'exprimer au nom de l'opposition. Il estime qu'il est un 
instrument des puissances étrangères qui cherchent à renverser 
le président Bachar al Assad. Le gouvernement syrien considère 
Mohamed Allouche comme un "terroriste". 
    Sa démission a été acceptée lors d'une réunion à Ryad, la 
capitale saoudienne, sous la direction du coordinateur en chef 
du HCN, Riad Hidjab. La réunion avait été convoquée pour faire 
le point sur les négociations de paix. 
    Parallèlement, l'opposition syrienne basée en Turquie et 
affilée au HCN a appelé les soutiens étrangers du HCN à 
renforcer leur aide militaire aux groupes rebelles modérés de 
l'Armée syrienne libre (ASL). 
    De la sorte, dit cette opposition de Turquie, les 
combattants de l'ASL pourront reconquérir Rakka, la capitale 
autoproclamée par l'Etat islamique en Syrie. 
    En revanche, l'opposition critique l'armement et 
l'entraînement accordées par les Etats-Unis aux Forces 
démocratiques de Syrie (FDS) dont la principale composante sont 
les milices kurdes YPG, parce que, dit-elle, ils poursuivent 
leurs objectifs propres. 
    Avec l'aide des forces spéciales américaines et appuyées par 
des groupes tribaux arabes, les FDS ont lancé la semaine 
dernière une opération au nord de Rakka. Ils ont aussi repris 
une série de villages autour de Aïn Issa, localité située à une 
soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Rakka. 
    Le chef de la délégation de l'opposition à Genève, Asaad al 
Zoubi, un ancien général de l'armée syrienne, a déclaré à la 
chaîne de télévision al Hadass, qu'il voulait lui aussi être 
relevé de ses fonctions au HCN mais n'a pas confirmé être passé 
aux actes. 
 
 (Suleiman Al Khalidi avec Ahmed Tolba au Caire; Jean-Philippe 
Lefief et Danielle Rouquié pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.