Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Démission d'Aquilino Morelle, Hollande défend ses principes

Reuters18/04/2014 à 22:15

AQUILINO MORELLE, CONSEILLER DE FRANÇOIS HOLLANDE, DÉMISSIONNE

par Julien Ponthus

CLERMONT-FERRAND Puy-de-Dôme (Reuters) - Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, a démissionné vendredi en raison de soupçons de conflit d'intérêts, "la seule décision qui s'imposait" pour le président, ébranlé par cette nouvelle entorse à la République "irréprochable" promise lors de son élection.

Soutien-clé du chef de l'Etat, également familier de Manuel Valls qui lui a recommandé de quitter ses fonctions, Aquilino Morelle explique dans sa lettre de démission vouloir se consacrer librement à sa défense au lendemain de la parution d'un article de Mediapart sur un conflit d'intérêts présumé.

Pour le président, qui s'est exprimé lors d'un déplacement à Clermont-Ferrand où il comptait "renouer le contact avec les Français" après la débâcle des municipales, cette décision était la seule possible pour couper court à toute "confusion".

"Aquilino Morelle a pris la seule décision qui s'imposait, la seule décision qui convenait, la seule décision qui lui permettra de répondre aux questions qui lui sont posées", a-t-il dit aux journalistes.

"J'ai considéré qu'il ne pouvait pas y avoir de confusion parce qu'il y a un principe que j'ai toujours posé d'impartialité et d'indépendance, et il convient donc que chacun puisse avoir des rapports conformes à ces principes."

Plus d'un an après la démission du ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui avait menti sur la possession d'un compte bancaire à l'étranger, François Hollande s'est efforcé de minimiser l'ampleur de cette nouvelle "affaire", soulignant que les accusations portaient sur une période antérieure à son élection.

Aquilino Morelle "a travaillé pour la présidence de la République pendant deux ans, il a bien travaillé, mais ce qui s'est passé avant, il a à en répondre, et ça revient simplement à lui et à lui seul".

"IL N'Y A PAS DE RÉPUBLIQUE DES AMIS"

Cette démission-éclair, 24 heures à peine après la parution de l'article de Mediapart, lui a été conseillée par l'Elysée et par le Premier ministre, qui l'a reçu vendredi dans la matinée à Matignon, ont fait savoir les entourages du président et de Manuel Valls.

Annoncé vendredi, le départ d'Aquilino Morelle a été décidé en quelques heures. "Le président avait déjà arrêté son dispositif hier soir", a-t-on dit dans l'entourage de François Hollande.

"Aquilino Morelle a reconnu qu'il fallait cette décision pour se protéger lui-même, pour protéger sa famille et pour protéger également les personnalités politiques qu'il sert et a servi", a-t-on ajouté.

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a annoncé l'ouverture d'une enquête sur la déclaration de patrimoine et d'intérêt d'Aquilino Morelle, énarque de 51 ans qui avait la haute main sur la communication présidentielle.

Mediapart a révélé jeudi que le désormais ex-conseiller avait travaillé en 2007 pour un laboratoire pharmaceutique danois tout en étant rattaché à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas).

Dans un long "droit de réponse" publié sur son compte Facebook, Aquilino Morelle se défendait de tout conflit d'intérêts, dénonçant un "article alimenté par des rumeurs et des contre-vérités". Il affirme de nouveau vendredi, dans sa lettre de démission, n'avoir commis "aucune faute".

"En tant que fonctionnaire, un certain nombre d'activités annexes sont autorisées par la loi, dont l'enseignement et le conseil", faisait-il notamment valoir sur Facebook.

Une mise au point de l'Igas, diffusée vendredi, fragilise toutefois cette défense, l'institution précisant n'avoir trouvé trace dans ses archives d'une autorisation en vue d'activités auprès de l'industrie pharmaceutique.([ID::nL6N0NA124]

"Sa démission est une décision sage. (...) C'est une affaire privée, qui reste privée", a commenté sur i>Télé Olivier Faure, porte-parole du Parti socialiste, en louant la transparence selon lui à l'oeuvre depuis le début du quinquennat.

"Il n'y a pas de privilèges, il n'y a pas une République des amis", a-t-il souligné.

(Avec Elizabeth Pineau, Marine Pennetier et Grégory Blachier, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.