1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Démission au gouvernement roumain après une semaine de troubles
Reuters09/02/2017 à 16:20

 (Actualisé avec précisions) 
    BUCAREST, 9 février (Reuters) - Le ministre roumain de la 
Justice, Florin Iordache, architecte d'un décret dépénalisant 
certains faits de corruption qui a dû être retiré à la suite 
d'importantes manifestations de rue, a annoncé jeudi sa 
démission du gouvernement. 
    Le décret, qui a suscité l'indignation d'une partie de la 
population et de la communauté internationale, aurait mis des 
dizaines de responsables publics à l'abri de poursuites 
judiciaires. Il avait été considéré comme une tentative de 
revenir sur la lutte contre la corruption engagée en Roumanie. 
    Le gouvernement a décidé dimanche de retirer le décret 
controversé après les manifestations les plus importantes 
enregistrées dans le pays depuis la chute du communisme en 1989. 
    "J'ai présenté ma démission. Je dis que tout ce que j'ai 
fait était légal", a déclaré Florin Iordache à la presse. 
    Le Parti social-démocrate (PSD) au pouvoir va maintenant 
proposer un nom pour remplacer le ministre démissionnaire et le 
soumettre au président Klaus Iohannis, qui a le droit de le 
refuser. 
    Ancien dirigeant de l'opposition de centre droit, le 
président Iohannis n'a pas ménagé ses critiques contre le 
gouvernement à propos du décret. Il a également lancé un 
processus pour organiser un référendum national sur la poursuite 
de la lutte contre la corruption. 
    Le gouvernement a facilement surmonté mercredi une motion de 
censure au Parlement où il dispose d'une très forte majorité 
après les élections législatives du mois de décembre. 
    La décision du gouvernement de retirer le décret controversé 
doit encore être avalisée par le Parlement. 
    La Cour constitutionnelle roumaine a pour sa part annoncé 
qu'elle ne statuerait pas sur le décret parce que celui-ci n'est 
plus d'actualité. 
    Le décret avait été porté vendredi dernier devant la cour 
par le médiateur roumain, Victor Ciobea, deux jours avant 
l'annonce de son retrait par le Parti social-démocrate. 
    "Ce décret n'existe plus. Il a été abandonné par le 
gouvernement", a expliqué le président de la cour, Valer 
Dorneanu. "Nous partons du fait que le décret d'urgence n'existe 
plus." 
    Le nombre de manifestants a fortement baissé dans les rues 
de Bucarest et des autres villes du pays depuis dimanche, jour 
où 250.000 personnes étaient descendues dans la rue. 
    Mercredi soir, les manifestants les plus déterminés étaient 
encore 5.000 dans les rues de la capitale, à braver la neige et 
le froid glacial pour demander la démission du gouvernement dans 
son ensemble. 
 
 (Radu-Sorin Marinas et Luiza Ilie; Danielle Rouquié pour le 
service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer