Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Démentis quant à un changement de cap de François Hollande

Reuters06/01/2014 à 09:50

DÉMENTIS QUANT À UN CHANGEMENT DE CAP DE FRANÇOIS HOLLANDE

PARIS (Reuters) - Il n'y a pas, de la part de François Hollande, de changement de cap ou de politique mais une "accélération", a déclaré dimanche le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, après les ouvertures du chef de l'Etat à l'adresse des entreprises en ce début 2014.

Son collègue François Lamy avait écarté auparavant l'idée d'un "tournant social-libéral", à l'orée d'une année placée par le président sous le signe de la réduction du coût du travail et des dépenses publiques pour relancer l'emploi et l'économie.

"Il ne s'agit pas d'un changement de cap, il ne s'agit pas d'une nouvelle politique, il ne s'agit pas d'un tournant, il s'agit d'un approfondissement et d'une accélération" de la politique conduite jusqu'à présent par le gouvernement, a dit Bernard Cazeneuve lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

Lors de ses voeux aux Français, le 31 décembre, François Hollande a proposé, au risque de froisser l'aile gauche de sa majorité, de conclure un "pacte de responsabilité" avec les chefs d'entreprise : réduction des charges et simplification administrative contre embauches et relance des investissements.

Selon Bernard Cazeneuve, cela prendra notamment la forme d'une "consolidation" du crédit d'impôt compétitivité-emploi (Cice), pleinement en vigueur depuis le 1er janvier, et d'une "modernisation de la fiscalité des entreprises", qui sera l'objet d'assises spécifiques lancées ce mois-ci.

"Il y a à peu près 150 petites taxes dont les entreprises sont redevables, qui représentent des montants (...) très faibles", a expliqué à titre d'exemple le ministre du Budget, qui en a demandé un inventaire à ses services.

RÉDUIRE LES DÉFICITS POUR BAISSER LES IMPÔTS

"Ça ne sera pas pour les finances publiques une difficulté considérable et, en même temps, pour les entreprises, ça peut être un élément extraordinaire de simplification", a-t-il ajouté. "Je vais faire des propositions concrètes au Premier ministre et au président de la République."

Il a également dit que le gouvernement entendait transférer une partie des cotisations familiales pour compenser la hausse des cotisations retraites et a confirmé que son objectif était de réduire le taux des prélèvements obligatoires à 45,8% du PIB à l'horizon 2017, au lieu de 46,3% en 2013.

François Hollande s'est engagé à ce que l'Etat, les collectivités locales et la Sécurité sociale fassent des économies pour réduire les déficits publics et, à terme, diminuer les impôts.

Lors de ses voeux au gouvernement, le chef de l'Etat a déclaré vendredi assumer personnellement cette politique et a promis la fermeté face aux "conservatismes".

"Ce n'est pas un tournant social-libéral (...) Ça m'embêterait, mais ce n'est pas le cas", a commenté le ministre de la Ville, François Lamy, sur Radio J. "Le président de la République est à la fois socialiste et (...) pragmatique, c'est-à-dire qu'il adapte sa politique à la situation actuelle."

"RÉCONCILIER LE PAYS AVEC L'ENTREPRISE"

"Il y a des situations où on peut résoudre une crise économique par la relance de la demande (...) Il se trouve que lorsque nous sommes arrivés au pouvoir nous avons trouvé un appareil productif qui n'était absolument plus compétitif", a ajouté le ministre de la Ville.

Reconstruire cet appareil productif passe par un soutien aux entreprises dans le cadre d'une politique de "donnant-donnant", a-t-il fait valoir. Comme Bernard Cazeneuve, il a soutenu qu'il ne s'agissait pas d'un tournant mais d'une "accélération" de la politique menée depuis 18 mois par le gouvernement

L'ancienne ministre socialiste de l'Ecologie, Delphine Batho, ne partage pas cet avis et s'étonne dans le Journal du Dimanche que les déclarations du chef de l'Etat n'aient pas suscité plus de critiques à gauche.

"Il s'agit d'une sorte de tournant idéologique", dit-elle. "Ces choix sont différents de ceux défendus pendant la campagne électorale (de 2012) (...) Il n'y a plus de projet de société, plus d'objectif de transformation."

Réponse de Bernard Cazeneuve à Delphine Batho et aux critiques de l'aile gauche du Parti socialiste : être de gauche ne signifie pas renoncer à l'efficacité et une politique en faveur des entreprises, qui "font la croissance", n'est pas un acte de défiance envers les ménages.

"Je ne pense pas que pour être de gauche il faille constamment déclarer la guerre au monde de l'entreprise", a dit le ministre du Budget. "Je pense au contraire que notre devoir aujourd'hui, dans la situation dans laquelle est le pays, c'est de réconcilier le pays avec l'entreprise."

"J'assume parfaitement que nous menions une politique pro-entreprise", a-t-il ajouté.

Emmanuel Jarry, édité par Guy Kerivel


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.