Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Décision sur la TVA dans la restauration attendue mi-novembre

Reuters31/10/2012 à 14:32

LA TVA SUR LA RESTAURATION EN EUROPE

PARIS (Reuters) - Le gouvernement prendra une décision sur le sort de la TVA réduite dans la restauration dans la deuxième quinzaine de novembre, a déclaré mercredi le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, sur RMC et BFM-TV.

Le député socialiste Thomas Thévenoud estime dans un rapport rendu public mardi que les restaurateurs n'ont pas tenu leurs engagements en matière de prix, d'embauches et de salaires et préconise une hausse de ce taux de TVA, ce qui suscite un tollé chez les professionnels concernés.

De son côté, la ministre de l'Artisanat et du Commerce, Sylvia Pinel, a entrepris des consultations pour dresser un bilan de la TVA réduite dans la restauration.

"Le 15 novembre, vers la mi-novembre, nous aurons un constat, un diagnostic partagé et c'est sur cette base-là qu'à ce moment-là le gouvernement prendra sa décision", a déclaré Pierre Moscovici.

On n'exclut pas, au sommet de l'exécutif, qu'une hausse de la TVA sur la restauration entre dans un cocktail de prélèvements destiné à financer une réduction des charges sociales patronales pour réduire le prix du travail dans le cadre d'un plan global de redressement de la compétitivité des entreprises françaises.

Le ministre de l'Economie est cependant resté extrêmement prudent sur ce sujet. "Il faut avoir de la méthode, dans cette affaire-là", a-t-il déclaré.

Plus généralement, il a paru écarter une hausse de TVA ou de la Contribution sociale généralisée (CSG) en 2013 pour financer le "choc de compétitivité" réclamé par les chefs d'entreprises et leurs organisations patronales.

Le gouvernement entend certes agir sur la "compétitivité prix" comme sur la compétitivité dite "hors coût", mais "pas forcément exactement avec les remèdes qu'on nous demande", a dit le ministre de l'Economie.

LE RAPPORT GALLOIS IMMINENT

Un transfert de cotisations sociales sur la CSG et/ou la TVA "ne doit pas, à mon sens, être la voie privilégiée pour cette année" (2013) a ajouté Pierre Moscovici, qui a invoqué l'effort déjà demandé aux entreprises et ménages français pour ramener les déficits publics à 3% du PIB l'an prochain.

"Pour passer de 5% à 3%, on prend 30 milliards d'euros (...) On ne peut pas dans le même temps demander aux couches moyennes, aux couches populaires, 30 milliards d'euros de plus, parce que ce qui se passerait à ce moment-là c'est que la consommation intérieure serait atteinte et la consommation, c'est aussi la demande qui est adressée aux entreprises", a-t-il expliqué.

L'ancien PDG de la SNCF et d'EADS, Louis Gallois, doit rendre lundi un rapport sur la compétitivité des entreprises françaises, dont certaines conclusions pourraient s'avérer embarrassantes pour le gouvernement.

Pierre Moscovici jure cependant qu'il n'a "jamais été question" d'enterrer ce rapport, qui sera "une source d'inspiration, même si on comprend que le gouvernement ait sa propre réflexion".

"Il y a des choses que nous prendrons, à mon avis beaucoup, et puis il y a des choses par rapport auxquelles le gouvernement pourra avoir sa propre liberté", a-t-il déclaré.

En tout état de cause, a insisté le ministre, ce rapport "dit bien que le problème de compétitivité est un problème complet", et pas seulement une question de prix du travail.

C'est dans cet esprit que le gouvernement entend s'attaquer au problème de la compétitivité de la France, a-t-il ajouté.

"Nous allons l'attaquer globalement", a expliqué Pierre Moscovici. "Nous allons proposer aux Français un pacte de compétitivité (...) et pas un choc. Un choc ça traumatise alors qu'un pacte ça rassemble."

Emmanuel Jarry, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.