1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Décédé après un passage aux urgences : que s'est-il passé samedi soir au CHU d'Angers ?
Le Parisien18/06/2019 à 17:14

Décédé après un passage aux urgences : que s'est-il passé samedi soir au CHU d'Angers ?

Pour les uns, c'est l'illustration du manque de moyens mis en place au sein du centre hospitalier. Pour d'autres, ce début de polémique n'est qu'une détestable tentative de récupération. Un homme est décédé, samedi, dans sa voiture, après un passage avorté aux urgences du CHU d'Angers (Maine-et-Loire).Accompagné par une personne de son entourage, comme l'a rapporté France 3, l'homme s'est présenté en début de soirée auprès de l'agent administratif chargé de l'accueil, à qui il s'est plaint de douleurs au cœur. Celui-ci l'a alors fait patienter, le temps qu'une infirmière chargée d'évaluer l'état de santé des nouveaux arrivants ne s'occupe de son cas.« Situation dramatique »Mais cette étape semble avoir été trop longue aux yeux de la victime et de son accompagnateur, qui ont décidé de quitter l'hôpital pour se rendre dans un autre établissement, la Clinique de l'Anjou, à une vingtaine de minutes de là. C'est là, sur le parking, que l'homme est décédé.Dans un communiqué commun, les syndicats SUD, Force ouvrière et CGT assurent que « cette situation dramatique illustre le dysfonctionnement » des urgences d'Angers. Et mettent en cause, notamment, le prétendu non-remplacement d'effectifs en arrêt-maladie.Des absences pour raison médicaleJoint par Le Parisien, Christian Lemaire, cosecrétaire du syndicat Sud au CHU d'Angers, affirme que « cinq collègues étaient absents ce week-end » pour des raisons médicales. Y compris, pour certains, pour des opérations prévues de longue date. Or, la direction n'aurait choisi de n'en remplacer que deux.C'est pourquoi, selon le syndicaliste, seule une infirmière pouvait évaluer l'état des arrivants samedi soir, au lieu des deux habituelles. Au moment de l'arrivée de la victime, elle aurait été occupée par un autre patient.« C'est faux, complètement faux »Dans un contexte de gronde sociale entamé début mai, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer