Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Début du marathon budgétaire sous l'oeil attentif de l'UE

Reuters14/10/2014 à 21:30

DÉBUT DU MARATHON BUDGÉTAIRE SOUS L'OEIL DE L'UE

PARIS (Reuters) - L'Assemblée nationale a entamé mardi l'examen du projet de loi de finances 2015, un exercice périlleux pour le gouvernement pris en étau entre l'aile gauche frondeuse de sa majorité et des alliés européens de la France irrités par le dérapage des finances publiques qu'il entérine.

Avec le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, ce texte traduit dans les faits le pacte de stabilité et de solidarité voté au printemps, qui repose sur des baisses de charges et de fiscalité des entreprises financées par un effort de 50 milliards d'euros sur les dépenses publiques d'ici 2017.

Mais là où le gouvernement envisageait encore en avril de ramener le déficit public à 3% de la richesse nationale en 2015, conformément à ses engagements européens, la dégradation de la conjoncture et la faiblesse de l'inflation l'ont obligé à revoir ses ambitions sérieusement à la baisse.

Présentant le PLF devant la représentation nationale, le ministre des Finances, Michel Sapin, a réaffirmé que "le rythme de consolidation budgétaire doit être adapté face à une faiblesse de la demande qui pèse sur la croissance et l'inflation, et donc sur nos capacités à réduire les déficits."

Le tout se traduit par un déficit budgétaire qui restera élevé (75,4 milliards d'euros après 87 milliards en 2014) et un déficit public qui devrait atteindre 4,3% du PIB, soit à peine moins que celui maintenant prévu pour 2014 (4,3%).

L'objectif de 3% pour ce dernier n'est maintenant plus envisagé que pour 2017, au grand dam des instances européennes qui, si elles n'ont pas encore réagi officiellement, n'ont pas caché leur irritation vis-à-vis de la France.

UN GESTE POUR LES CONTRIBUABLES MODESTES

En marge d'une réunion des ministres européens des Finances, Michel Sapin a ouvert la porte lundi à une évolution du PLF et du PLFSS qui permettrait d'afficher des déficits un peu moins élevés.

En attendant, le gouvernement n'a rien changé au texte présenté au Parlement, qui sera officiellement transmis mercredi à l'exécutif européen. Celui-ci bénéficie d'un droit de regard sur le PLF dans le cadre de la procédure pour déficits excessifs ouverte contre Paris.

Devant les députés, Michel Sapin a fait valoir que l'effort de maîtrise des dépenses annoncé serait "intégralement respecté" et que l'ensemble des mesures annoncées en faveur de la compétitivité de l'économie seraient "intégralement mises en oeuvre et selon le calendrier prévu".

"C'est l'orientation que vous avez votée au printemps et que nous mettons en oeuvre à travers ce projet de budget :

réaliser les économies prévues, malgré la difficulté de la situation, et tenir les engagements pris en direction des entreprises et des ménages", a-t-il dit.

Sur les 50 milliards d'économies prévues d'ici 2017, 21 milliards sont programmées sur 2015. Le PLF en détaille 7,7 milliards sur les dépenses de l'Etat et 3,7 milliards sur les collectivités locales, le solde devant provenir des comptes sociaux.

Pour ne pas froisser sa majorité, le gouvernement a prévu un geste en faveur des contribuables les plus modestes avec la suppression de la première tranche du barème de l'impôt sur le revenu.

HAUSSE DES TAXES SUR LE GAZOLE

Parmi les autres mesures du projet de budget figurent la création d'un crédit d'impôt pour la transition énergétique et l'augmentation de deux centimes par litre de la taxe sur le diesel, qui pourrait même être augmentée pour compenser l'impact de la suspension de l'écotaxe poids lourds.

"C'est un budget qui frappe les classes moyennes et les collectivités territoriales et qui entame la crédibilité de la France", a estimé Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale.

Nicolas Sansu, du Front de gauche, a dénoncé de son côté "le budget de tous les échecs où la grenouille social-libérale veut se faire aussi grosse que le boeuf libéral".

Les députés PS "frondeurs" ont annoncé leur intention de déposer des amendements visant à diminuer les aides aux entreprises et, ultérieurement, les économies proposées sur la branche famille de la Sécurité sociale dans le PLFSS.

Les élus Europe Ecologie-Les Verts espèrent pour leur part faire évoluer le texte, sur lequel ils arrêteront leur position la semaine prochaine.

Dans une interview publiée mardi par Les Echos, Michel Sapin dit n'avoir "aucune inquiétude sur l'issue du vote" du budget, l'examen du PLFSS s'annonçant plus délicat pour le gouvernement.

La question du "49-3", qui obligerait les opposants au projet de loi de finances à déposer une motion de censure pour empêcher son adoption, "ne se pose pas", a-t-il assuré.

Le ministre a exprimé son opposition à une proposition de députés visant à avancer les remboursements de TVA aux collectivités locales sur leurs investissements afin de favoriser ceux-ci, déclarant qu'elle grèverait les dépenses de l'Etat de "milliards d'euros".

(Emile Picy et Yann Le Guernigou, édité par Sophie Louet)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.