Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Début de polémique sur des emplois de Mme Fillon

Reuters24/01/2017 à 21:16

DÉBUT DE POLÉMIQUE SUR DES EMPLOIS DE MME FILLON

PARIS (Reuters) - La femme de François Fillon a été rémunérée huit ans comme attachée parlementaire par son époux et son suppléant à l'Assemblée nationale, et pendant 20 mois par "La Revue des deux mondes", révèle Le Canard Enchaîné.

Dans son édition de mercredi, l'hebdomadaire satirique dit cependant n'avoir guère trouvé trace de ses activités.

L'entourage du candidat de la droite à l'élection présidentielle a confirmé à Reuters que Pénélope Fillon avait bien occupé ces postes mais assuré qu'il s'agissait de vraies activités et qu'il n'y avait là rien d'"illégal ni d'amoral".

Selon l'hebdomadaire, Pénélope Fillon a perçu environ 500.000 euros bruts de salaires en huit ans sur l'enveloppe attribuée à son mari, alors député de la Sarthe, puis à son suppléant, Marc Joulaud, pour l'emploi de collaborateurs.

"Il est fréquent que les conjoints des parlementaires soient leur collaborateur, à gauche comme à droite", a déclaré Thierry Solère, un des porte-parole de l'ancien Premier ministre, dans une déclaration écrite transmise à Reuters.

"Ce n'est ni illégal ni amoral ; c'est autorisé par l'Assemblée nationale", a renchéri le député Les Républicains Benoist Apparu, un autre de ses porte-parole.

De nombreux parlementaires font en effet profiter leurs proches de cette enveloppe, ce qui n'est pas interdit à condition que ce ne soit pas pour un emploi fictif.

"500.000 euros sur huit ans, ça fait 62.000 euros par an, c'est 5.000 euros brut par mois, soit 4.000 euros net. C'est à peu près la rémunération d'un assistant parlementaire", a fait valoir Benoist Apparu.

"DANS L'OMBRE"

Selon Le Canard Enchaîné, Pénélope Fillon a d'abord été rémunérée de 1998 à 2002 par son mari. Après l'entrée de François Fillon au gouvernement en 2002, elle est devenue la collaboratrice de Marc Joulaud. François Fillon l'a de nouveau employée six mois quand il est devenu député de Paris après avoir quitté ses fonctions de Premier ministre en mai 2012.

Or, Pénélope Fillon, sans profession connue et qui s'est toujours présentée comme une mère au foyer, n'a laissé aucune trace d'activité, ni à Paris ni dans la Sarthe, assure l'hebdomadaire satirique.

Selon le journal, elle a aussi perçu de mai 2012 à décembre 2013 5.000 euros brut par mois comme "conseiller littéraire" de la prestigieuse "Revue des deux mondes", propriété d'un "ami de la famille", l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière.

Un ancien directeur de la revue, Michel Crépu, a dit au Canard Enchaîné n'avoir reçu de la part de Pénélope Fillon que "deux notes de lecture" de moins d'une page chacune.

"M. Crépu est mal renseigné", a répliqué l'entourage de François Fillon, rappelant que Pénélope Fillon avait fait des études de droit et de littérature. Benoist Apparu a pour sa part estimé à propos de l'article du Canard Enchaîné que le "but du jeu" était de "jeter une suspicion".

Interrogés sur le peu de traces retrouvées de ses activités professionnelles auprès de son mari ou à "La Revue des deux mondes", Thierry Solère, Benoist Apparu et un autre membre de l'équipe de François Fillon ont répondu : "Pénélope Fillon a travaillé dans l'ombre car ce n'est pas son style de se mettre en avant."

(Gérard Bon et Emmanuel Jarry, avec Ingrid Melander et Sophie Louet, édité par Chine Labbé)

26 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M1765517
    25 janvier09:31

    elle a été formé à l'école Xaviere Tiberi ! si si

    Signaler un abus

  • Spartaku
    25 janvier09:01

    obligé de répéter pour mon censeur filloniste ...- "Qui imagine le Général de Gaulle magouiller un emploi fictif, pour sa femme, payé grassement par les contribuables ........Sarko doit bien se marrer ... Mouarff ces droi t-os , foi en bandoulière , sourcils en bataille , pioche sans compter dans les poches du peuple , et lui demandant instamment de serrer la ceinture ... Quel toupet !

    Signaler un abus

  • Spartaku
    25 janvier09:00

    .- "Qui imagine le Général de Gaulle magouiller un emploi fictif, pour sa femme, payé grassement par les contribuables ........Sarko doit bien se marrer ... Mouarff ces droi t-os , foi en bandoulière , sourcils en bataille , pioche sans compter dans les poches du peuple , et lui demandant instamment de serrer la ceinture ... Quel toupet !

    Signaler un abus

  • idem12
    25 janvier06:13

    C'est beau la "démocratie".....

    Signaler un abus

  • franck8
    25 janvier04:42

    Ni sa femme, ni Fillon lui-même d'ailleurs ne risquent d'être embauchés par une entreprise comme Lvmh. Ils n'ont jamais travaillé de leur vie et n'ont aucune qualification pour cela. Ils ont toujours vécu de l'argent public. Et là, on apprend qu'ils en ont profité abusivement. Décidément, Fillon comme Macron est un imposteur.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.