1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

De l'affaire ukrainienne à l'« impeachment »... les enjeux de la procédure de destitution qui vise Trump
Le Monde25/09/2019 à 19:51

La révélation de l'échange entre Donald Trump et son homologue ukrainien a poussé les démocrates à déclencher cette procédure de destitution, à l'issue très incertaine. Retour en trois actes sur une séquence aux enjeux politiques aussi dévastateurs qu'imprévisibles à quelques mois du début de la présidentielle de 2020.

Moins d'une semaine après les débuts de l'affaire ukrainienne, les démocrates ont lancé, mardi 24 septembre, la première étape d'une mise en accusation solennelle de Donald Trump, accusé d'avoir demandé au président ukrainien d'enquêter sur son rival politique Joe Biden. Retour en trois actes sur une séquence aux enjeux politiques aussi dévastateurs qu'imprévisibles, à quelques mois du début de la présidentielle de 2020.

Le lanceur d'alerte et le dirigeant étranger

Mercredi 18 septembre, le Washington Post, citant deux anciens responsables, a révélé l'existence d'une plainte d'un lanceur d'alerte au sein des services de renseignement qui concernerait une promesse faite par Donald Trump à un dirigeant étranger non identifié lors d'un appel téléphonique.

Un peu plus d'un mois plus tôt, le 12 août, ce lanceur d'alerte avait effectué un signalement officiel auprès de l'inspecteur général des services de renseignement, Michael Atkinson. Celui-ci a estimé que la sensibilité de l'affaire imposait une notification urgente au Congrès.

En révélant l'affaire, le Post s'est interrogé sur l'identité du « dirigeant étranger » : Donald Trump s'est entretenu par téléphone avec Vladimir Poutine le 31 juillet. Pendant l'été, il a également échangé par courrier avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et a reçu à la Maison Blanche les dirigeants du Pakistan, des Pays-Bas et du Qatar.

Jeudi 19 septembre, le Washington Post et le New York Times assurent qu'une partie du signalement concerne l'Ukraine. En effet, le 25 juillet, Donald Trump s'était entretenu par téléphone avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Un communiqué, mis en ligne sur le site de la présidence ukrainienne après la conversation entre MM. Trump et Zelensky, confirme que les deux dirigeants ont directement discuté « d'enquêtes pour corruption qui perturbent les relations entre l'Ukraine et les Etats-Unis ».

... Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer