1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

De commissaire à réceptionniste, la nouvelle vie de Michel Neyret
Le Point26/06/2018 à 06:25

Il était l'une des têtes de la police lyonnaise, le patron de la brigade antigang. Mais, depuis 2011 et sa mise en examen pour corruption et association de malfaiteurs, entre autres, Michel Neyret n'est plus « super-flic ». Dans un reportage de France 3, diffusé lundi, l'ancien commissaire de police raconte sa chute. Aujourd'hui, il est bien loin de la vie des hôtels de police. Michel Neyret est devenu réceptionniste dans un hôtel trois étoiles, celui de son épouse, dans un parc centenaire au sud de Lyon, dans le Rhône.

« J'ai été aveuglé sans doute par ma trop grande confiance en moi », raconte ainsi l'ancienne légende de la police, condamnée notamment pour avoir accepté des prêts de voitures luxueuses et des voyages de la part de plusieurs de ses indicateurs en échange de renseignements. « J'ai été séduit aussi par une certaine forme de vie, parce que c'est vrai que c'était très clinquant, et voilà, conduire une Ferrari, c'était aussi quelque chose qui était chez moi très fort. »

Un traitement « hors norme »

Ces écarts avec la loi ont conduit Michel Neyret à rester huit mois derrière les barreaux. « J'ai eu de grosses périodes d'angoisse, notamment la nuit, je prenais des anxiolytiques qui m'étaient administrés », se souvient-il. Le 12 juin dernier, l'ancien leader de l'antigang a été condamné, en appel, à deux ans et demi de prison ferme, comme en première instance,...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer