Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

David Cameron s'en prend à l'immigration en provenance de l'UE

Reuters27/11/2013 à 13:46

LA GRANDE-BRETAGNE VEUT LUTTER CONTRE L'IMMIGRATION EN PROVENANCE DE L'UE

par Andrew Osborn

LONDRES (Reuters) - David Cameron a exprimé mercredi sa volonté de durcir les conditions d'accès aux prestations sociales en Grande-Bretagne pour les nouveaux immigrés en provenance d'autres pays de l'Union européenne.

Le Premier ministre britannique compte en outre renégocier les modalités d'application du principe de la liberté de circulation en vigueur dans l'UE.

Ces initiatives, mal accueillies par la Commission européenne, répondent aux craintes exprimées au sein du Parti conservateur sur un possible afflux d'immigrés en provenance de Bulgarie et de Roumanie lorsque les restrictions aux déplacements imposées à ces deux pays membres de l'UE seront levées début 2014.

Les conservateurs sont traditionnellement divisés sur les questions européennes et ils se trouvent désormais menacés sur leur droite par le Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP), qui attire les électeurs avec un discours ouvertement hostile à l'UE et à l'immigration.

Disant partager les "inquiétudes" au sujet d'un afflux d'immigrés, David Cameron déclare dans le Financial Times qu'il veut modifier la législation britannique afin d'imposer un délai de trois mois aux arrivants en provenance de l'UE avant de prétendre aux allocations chômage.

Ces arrivants ne pourraient pas bénéficier de l'aide au logement et ne percevraient plus d'allocations chômage au bout de six mois s'ils ne prouvent pas qu'ils ont une chance réaliste de trouver un emploi, ajoute-t-il.

UNE UNION EUROPÉENNE "TRÈS DIFFÉRENTE"

"L'UE d'aujourd'hui est très différente de l'UE d'il y a trente ans. Nous devons assumer le fait que la liberté de circulation est devenue un facteur déclencheur de vastes mouvements de population provoqués par les énormes disparités de revenu", juge le Premier ministre britannique.

"Cela prive de talents des pays qui ont besoin de conserver leurs meilleurs éléments, et cela soumet les communautés à des pressions", estime-t-il.

Le Premier ministre britannique veut aussi modifier les règles sur la liberté de circulation dans l'UE afin de limiter, dit-il, l'installation d'habitants originaires des pays les plus pauvres dans les pays les plus riches.

Un tel projet, propose-t-il, pourrait comprendre la création d'un plafond annuel sur le nombre de migrants intracommunautaires et la limitation des déplacements jusqu'à ce que le PIB d'un pays ait atteint un certain niveau.

"Nous devons mettre en place de nouveaux arrangements qui ralentiront l'accès au marché du travail entre nos pays, jusqu'à ce que nous soyons certains que ces mouvements ne provoqueront pas de vastes migrations", dit encore David Cameron.

Le commissaire européen à l'Emploi et aux Affaires sociales, Laszlo Andor, a critiqué ce qu'il a qualifié de "rhétorique unilatérale".

"Il s'agit d'une réaction disproportionnée et fâcheuse. Nous aurions besoin d'une présentation plus exacte de la réalité, et pas dans une hystérie telle qu'elle se produit quelquefois au Royaume-Uni", a-t-il dit à la radio BBC.

Bertrand Boucey et Pascal Liétout pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.