1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

«Dans mon bar, l'ouvrier trinque avec l'avocat»
Le Parisien20/07/2019 à 14:43

«Dans mon bar, l'ouvrier trinque avec l'avocat»

Barbe soigneusement taillée et catogan élégant domptant une longue chevelure frisée, Iliès Ajouid semble papillonner de table en table, sourire aux lèvres. Un petit mot pour chaque client, sans jamais s'attarder ni trop s'immiscer dans la conversation.À seulement 24 ans, le patron de Chez François, au 21, rue de Paris à Clichy (Hauts-de-Seine) maîtrise déjà parfaitement l'art et la manière de mettre ses clients à l'aise. Et ne s'offusque jamais quand un nouveau venu lui donne du « François ! » en passant commande, pensant logiquement que le nom de l'établissement et le prénom du patron ne font qu'un.Ce micmac nominal n'est qu'un demi-mensonge. L'état civil du maître des lieux mentionne en effet un double prénom, François-Iliès, qu'aucun proche de l'intéressé n'utilise. « Chez François, ça fait plus authentique et traditionnel », explique Iliès un brin gêné. Ce qu'il faut traduire par « moins marqué ».De père en fils« Avant l'ouverture en septembre, l'endroit s'appelait le Muguet et appartenait à mon père Chafik depuis le début des années 2000. C'était autre chose, avec des habitués plus âgés et une ambiance disons très... populaire et orientale. La ville de Clichy est en train de changer, il fallait transformer le bar à son image. »Même s'il a hérité de l'adresse, Iliès n'a rien du fils à papa profitant d'une affaire familiale. « J'ai arrêté l'école au bac S, que je n'ai pas passé, pour me lancer dans le business du bar. Je pense y avoir plus appris que si je m'étais lancé dans des études. » Le jeune homme a manifestement la bosse du commerce, appris sur le tas, avec déjà deux autres adresses au compteur, toujours à Clichy : le Hashtag, rue Casterès (revendu il y a quelques mois), et le Café de la Gare, blotti contre les rails de la station Clichy-Levallois.En quelques mois, Chez François a résolument donné, comme ses deux prédécesseurs, un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer