Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Dans les Alpes, la campagne choc des maires contre les loups

Le Parisien02/11/2017 à 18:52

Dans les Alpes, la campagne choc des maires contre les loups

Les photos de dix-sept maires armés de fusils accompagnées d'un slogan menaçant : « Loups, n'obligez pas les maires à faire ça ! » Voilà le communiqué de presse choc diffusé par des élus alpins rassemblés au sein de l'Union pour la sauvegarde des activités pastorales et rurales (Usapr). Alors que le prochain plan Loup 2018-2023, visant à gérer le problème des attaques du prédateur sur les troupeaux, est en cours d'élaboration, le message de ces élus à l'Etat est clair : « Nous sommes prêts à braconner le loup si l'on ne nous entend pas. » Une démarche clairement hors la loi, car le loup est une espèce protégée.

 

« Il est de notre rôle de maire d'alerter les pouvoirs publics, car les éleveurs ne savent plus comment gérer le problème du loup, dont le nombre est plus important chaque année », explique Pierre-Yves Bonnivard, président de l'Usapr et maire de Saint-Colomban-des-Villards (Savoie). La France compterait actuellement 320 à 400 loups. « Nous estimons que la notion de quota qui limite actuellement le nombre de loups pouvant être abattus légalement est dépassée. Les contraintes administratives doivent être assouplies afin que chaque troupeau attaqué puisse être défendu, avec des tirs de prélèvement partout où ils seront nécessaires », insiste Pierre-Yves Bonnivard.

 

Les défenseurs de l'animal crient au scandale

Le terme « prélèvement » signifie pudiquement dans le jargon administratif « abattage » du prédateur. Les maires demandent également que la brigade de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) spécialisée dans les tirs de loups soit renforcée. Les élus qui posent, fusil à la main, sont-ils vraiment prêts à passer à l'acte ? « S'il n'y a pas de réponse de l'Etat, je le ferai », assume Yann Souriau, maire de Chichilianne (Isère). « L'Etat ne protège pas actuellement les bêtes attaquées, massacrées par le loup. Nous ferons donc le travail de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.