1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Daech s'installe à la frontière irako-syrienne et massacre à Palmyre

Le Parisien25/05/2015 à 00:01

Daech s'installe à la frontière irako-syrienne et massacre à Palmyre

Le groupe Etat islamique a réussi à couper la Syrie en deux. Comme l'Irak. En ayant pris dimanche le contrôle total d'un poste-frontière entre la Syrie et l'Irak, les djihadistes de Daech livrent une bataille féroce aux deux régimes de Bagdad et de Damas. Ce, alors que les forces gouvernementales irakiennes appuyées par des milices chiites tentent de lancer une contre-offensive après la capture de la ville clé de Ramadi.

En occupant le poste-frontière d'Al-Walid quelque 72 heures après la prise de son pendant syrien, Al-Tanaf, l'EI s'assure le contrôle de deux routes principales reliant l'immense province irakienne d'Al-Anbar à la Syrie. Cette dernière victoire sur les forces loyales survient une semaine après la prise de Ramadi, chef-lieu d'Al-Anbar, et quelques jours après celle de Palmyre, historique cité syrienne inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, deux des plus importantes victoires des jihadistes depuis un an.

Assad se replie sur la «Syrie utile»

Côté syrien, le régime al-Assad, affaibli par quatre ans de guerre, est en train de se résoudre à une partition de facto du pays en limitant ses ambitions à la «Syrie utile», estiment personnalités proches du pouvoir, diplomates et analystes. Cette stratégie a été illustrée par le retrait jeudi de l'armée de la ville de Palmyre (centre) après l'offensive lancée par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI). Idem au poste frontière où les djihadistes n'ont pas eu de véritable résistance.

«Il est tout à fait compréhensible que l'armée syrienne se replie pour protéger les grandes agglomérations où se trouve une grande partie de la population, dont une partie a fui les jihadistes de l'EI et du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda», note Waddah Abed Rabbo, directeur d'al-Watan, quotidien proche du pouvoir.

Sur le terrain, les avancées des jihadistes permettent à Daech d'étendre sur le territoire son rêve du «califat» qu'il a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • sarestal
    24 mai21:15

    Vu que que personne ne les contre et au rythme actuel de leur progression ils pourraient être à Ankara en 2016.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer