Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Cuba: vers la fin des belles Américaines et des antiques Lada ?

RelaxNews19/12/2013 à 18:33

Si les Cadillac, Chrysler et autres Oldsmobile décapotables paraissant flambant neuves font le bonheur des touristes, la très grande majorité des vieilles américaines, baptisées "almendrones" (amandes) par les Cubains, servent de taxis collectifs. Kamira/

(AFP) - Dominé par les belles américaines des années 50 et les antiques Lada de l'ère soviétique, le parc automobile cubain se prépare à une cure de jouvence avec l'autorisation d'importation de véhicules annoncée jeudi par le régime communiste.

L'importation de véhicules par des particuliers était interdite depuis le début des années 60, à de rares exceptions près, ce qui a créé à Cuba un curieux paysage automobile où se côtoient les Américaines des années 50, les Lada et Moskovich importées d'URSS dans les années 70 et 80 et les véhicules modernes, souvent asiatiques, importés par l'Etat.

En l'absence de tout chiffre officiel sur le parc automobile cubain, les spécialistes estiment à environ 60.000 le nombre de voitures américaines qui circulent dans l'île. Et à un nombre équivalent chacune des deux autres catégories.

Si les Cadillac, Chrysler et autres Oldsmobile décapotables paraissant flambant neuves font le bonheur des touristes, la très grande majorité des vieilles américaines, baptisées "almendrones" (amandes) par les Cubains, servent de taxis collectifs.

L'importation de véhicules désormais autorisée aura un impact sur le parc automobile, mais celui-ci dépendra largement des conditions d'importation, que les autorités cubaines n'ont pas encore précisées.

Cette nouvelle mesure s'ajoute à celles adoptées depuis trois ans par le régime communiste du président Raul Castro, qui introduit des doses d'économie de marché dans un système économie à bout de souffle hérité de l'ère soviétique.

Le conseil des ministres a approuvé "de nouvelles normes encadrant l'importation et la commercialisation de véhicules à moteur" qui seront "publiés dans les prochains jours au Journal Officiel", a annoncé jeudi le très officiel quotidien du Parti communiste de Cuba (PCC), Granma.

Selon le quotidien, sera désormais autorisée la vente au détail de motos, voitures, fourgonnettes, camionnettes et mini-bus importés, neufs ou d'occasion, pour les Cubains et les étrangers résidents dans l'île communiste, ainsi que pour les organisations étrangères ou diplomatiques, avec des prix qui devront être "similaires à ceux pratiqués sur le marché" d'achat-vente entre particuliers, ouvert depuis septembre 2011.

Ceci implique une taxe d'importation qui risque d'être élevée si le prix des véhicules importés doit s'aligner sur ceux du marché cubain.

Car en raison de l'étroitesse de ce marché, les prix des voitures à Cuba ont atteint des sommets inimaginables. Une simple Lada en bon état de marche coûte environ 12.000 dollars, à peu près l'équivalent d'une Ford 1957 qui fait le taxi depuis des décennies.

Une Cadillac décapotable rutilante qui promène les touristes sur le Malecon, le front de mer de La Havane, peut coûter jusqu'à 80.000 dollars, voire plus si elle fait partie des automobiles de collection qui s'affichent occasionnellement dans des expositions.

Avec un salaire mensuel moyen de vingt dollars, la voiture reste un rêve pour la grande majorité des Cubains.

Et c'est pour cette raison que le gouvernement entend profiter de ces éventuels revenus d'importation pour améliorer un réseau de transports en commun notoirement essoufflé, insuffisant et source de tracas quotidien pour les Cubains.

Selon Granma, la libéralisation des importations de véhicules s'effectuera "de manière graduelle" et le produit de ces ventes permettra la création d'un "fonds spécial pour le développement du transport public".

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.