Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

CSG et impôt sur le revenu, la fusion impossible

Reuters 30/01/2014 à 20:39

FUSION DIFFICILE ENTRE LA CSG ET L'IMPÔT SUR LE REVENU

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - La fusion de l'impôt sur le revenu (IR) et de la contribution sociale généralisée (CSG), promise en 2012 par François Hollande lors de sa campagne présidentielle, ne verra vraisemblablement pas le jour sous ce quinquennat tant elle recèle de pièges.

L'idée sera sans doute évoquée, comme le prélèvement à la source qui en est le préalable, lors des discussions sur une remise à plat de la fiscalité des ménages que lancera vendredi le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

Mais elle est "hors de portée dans l'état actuel des choses", juge le député socialiste Christian Eckert, rapporteur de la commission des finances de l'Assemblée et membre du groupe de pilotage de la future réforme de la fiscalité des ménages.

Un avis partagé par son collègue Dominique Lefebvre, qui coprésidera le même groupe de travail.

Un rapport parlementaire de 2012 pointait déjà les difficultés et les risques d'une telle réforme, insistant en tout état de cause sur une mise en oeuvre par étapes.

Une difficulté de l'exercice réside dans la nature très différente de ces deux prélèvements et dans la nécessité de définir un ensemble de règles uniques.

L'IR est un impôt progressif, "familiarisé" (appliqué au foyer fiscal), redistributif, entièrement versé à l'Etat.

La CSG, à l'exception de celle qui pèse sur les revenus de remplacement, est un impôt individuel, proportionnel, fléché vers le financement de la Sécurité sociale.

L'assiette de l'IR, environ 850 milliards d'euros, est plus étroite que celle de la CSG - environ 1.150 milliards. Et la CSG est prélevée à la source, contrairement à l'IR, prélevé sur les revenus d'activité de l'année précédente.

Or, selon le même rapport, un impôt sur le revenu unique devrait être progressif, familiarisé et global pour respecter les règles constitutionnelles, ce qui suppose le remplacement des assiettes actuelles par une assiette unique.

SUPPRIMER LA CSG ?

Se poserait également le problème de l'année de transition - qu'il faudrait aussi régler pour la retenue à la source - et des modalités d'affectation d'une partie du nouvel impôt à la Sécu.

Une fusion s'accompagnerait de transferts pas toujours souhaitables entre catégories de revenus et de contribuables.

Pour les auteurs du rapport, les effets sur les finances publiques ne seraient pas nécessairement positifs, l'évolution des recettes du nouvel impôt étant "moins prévisibles".

Ils estiment que les simplifications attendues concernant la gestion de l'administration fiscale "sont à nuancer".

Une fusion de IR-CSG "présente des risques significatifs", concluent-ils : un risque de rejet par le corps social, un risque budgétaire, "chacun des choix à faire (...) ayant des conséquences se chiffrant en milliards d'euros", et un "risque opérationnel" compte tenu de l'ampleur de la réforme.

Au total, "le risque de détériorer l'efficacité globale du système fiscal ne doit pas être sous-estimé", écrivent-ils.

Selon un rapport du ministère de l'Economie cité récemment par le quotidien Les Echos, une fusion IR-CSG ferait neuf millions de "perdants" parmi les ménages à faible revenus.

Pour l'avocat fiscaliste Nicolas Toussaint-Barranger, la question ne doit pas être posée en termes de fusion, ce qui "ne veut rien dire".

"C'est un raccourci. On ne peut pas fusionner ces deux prélèvements", dit-il. "La question est plutôt de supprimer la CSG et d'augmenter le taux de l'impôt sur le revenu, à charge pour l'Etat de reverser une part de ces recettes supplémentaires pour assurer le financement de la Sécurité sociale."

"Ça donnerait une lisibilité aux ménages sur leurs vraies charges fiscales", ajoute Nicolas Toussaint-Barranger. "Ça ne me paraît pas insurmontable : on supprime la CSG et on change le barème de l'IR, en mettant un barème minimal, qui pourrait être de 10% et qui toucherait tout le monde."

Il se montre cependant très sceptique quant à la volonté du gouvernement d'engager une réforme de cette ampleur et attend au moins de la remise à plat annoncée que le gouvernement fasse le ménage dans quelque 480 niches fiscales.

"Il faudrait déjà supprimer toutes les mesurettes, tous les petits avantages fiscaux à deux euros", dit-il.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.