1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Cryptomonnaie Facebook: Les autorités suisses "en contact" avec les initiateurs du projet
AFP20/06/2019 à 12:42

Le gendarme des marchés financiers en Suisse, la Finma, a indiqué jeudi "être en contact" avec les initiateurs du projet Libra, la monnaie virtuelle avec laquelle Facebook entend bouleverser le système financier mondial, et dont le siège se trouve à Genève.

"Notre rôle est d'évaluer ces projets du point de vue de la surveillance suisse. Il s'agit de déterminer si les services prévus doivent être autorisés en vertu du droit suisse de surveillance et, dans l'affirmative, quel type d'autorisation sera nécessaire", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la Finma, Tobias Lux.

"Nous sommes en contact avec les initiateurs du projet", a-t-il dit.

Facebook a dévoilé cette semaine sa monnaie virtuelle, confiant la gouvernance de Libra à une entité indépendante, l'association Libra, basée à Genève (Suisse) et composée d'entreprises comme Mastercard et Visa (cartes bancaires) ou PayPal (système de paiement).

Libra doit offrir à partir de courant 2020 un nouveau mode de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels: elle se veut la pierre angulaire d'un nouvel écosystème, affranchi de la barrière des différentes devises, un outil susceptible d'intéresser notamment les exclus du système bancaire, dans les pays émergents par exemple.

Ces ambitions ont suscité une certaine inquiétude du coté des autorités. D'autant que cette monnaie sera un objet hybride, à la fois adossé à un panier de devises traditionnelles mais aussi des obligations d'Etat, créant une sorte de zone inconnue pour les régulateurs.

Le ministre français des Finances Bruno Le Maire a estimé que Libra ne pouvait pas devenir "une monnaie souveraine", tandis que le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE), Mark Carney, a mis en garde: en cas de succès de Libra, cela "deviendra instantanément systémique et devra être soumis aux meilleures normes de régulation".

Aux Etats-Unis, le comité des banques, du logement et des affaires urbaines a annoncé mercredi qu'il prévoyait une audience au sujet du projet de monnaie numérique de Facebook, à la mi-juillet.

A Genève, les autorités régionales se réjouissent elles de l'arrivée de Libra. C'est "une excellente nouvelle", a réagi le chef du département économique du canton de Genève, Pierre Maudet, auprès de l'agence suisse AWP.

L'association Libra a mis en avant la "neutralité" de la Suisse, ainsi que son "ouverture à la technologie blockchain" (ou chaîne de blocs), un protocole informatique permettant à une communauté d'utilisateurs de tenir en ligne une sorte de grand registre commun, infalsifiable.

La Suisse, une des principales places financières mondiales, surfe depuis quelques années sur l'essor des cryptomonnaies, incitant les entreprises actives dans le secteur à venir s'y implanter, notamment à Genève et à Zoug, surnommée la "crypto-vallée".

bs-apo/bp

Valeurs associées

NASDAQ -0.56%
NYSE -0.03%
NASDAQ +0.49%
NYSE +0.13%

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • CastorDG
    20 juin13:15

    Gardez bien vos billets de Monopoly, car vous pourrez peut-être un jour les échanger à prix d'or contre des euros.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer