1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Devenez membre - Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Crise du Covid-19 : le bâtiment prévoit une chute de 18% de son activité en 2020
Boursorama avec Media Services30/06/2020 à 14:29

Selon la Fédération française du bâtiment, de nombreuses entreprises du secteur perdent toujours de l'argent depuis la fin du confinement à cause des coûts des mesures sanitaires.

Des ouvriers sur un chantier de Montévrain, en Seine-et-Marne, le 12 mai 2020. ( POOL / CHRISTOPHE PETIT TESSON )

Contrairement à d'autres secteurs, comme la restauration, les chantiers n'ont pas été officiellement contraints de fermer durant le confinement décrété en France entre mars et mai pour éviter la propagation du coronavirus. Mais ils y ont, dans les faits, été largement obligés pendant des semaines, le temps d'instaurer des mesures sanitaires. Ces mesures restent au coeur des inquiétudes du secteur, malgré la reprise quasi complète des chantiers, car elles coûtent cher.

En 2020, "le bâtiment devrait chuter de 18% (et) ça serait 120.000 emplois en danger" , a estimé mardi 30 juin Olivier Salleron, président de la Fédération française du bâtiment (FFB), lors d'une conférence de presse.

Les mesures sanitaires "sont aujourd'hui (...) très largement supportées simplement par les entreprises" plutôt que leurs clients privés ou publics, a prévenu M. Salleron. Aujourd'hui, les entreprises travaillent à perte, elles perdent du pognon" , a-t-il insisté.

C'est la première fois que la fédération évalue aussi précisément les conséquences de la crise du coronavirus et du strict confinement. 

Le bâtiment en désaccord avec le gouvernement

Le gouvernement a pourtant pris des mesures présentées comme des aides au secteur, à l'occasion du nouveau budget de crise examiné cette semaine à l'Assemblée. Il a annulé plusieurs mois de charges pour les petites entreprises ayant subi une chute de leurs revenus - une mesure qui va d'ailleurs au-delà du seul bâtiment - mais le secteur en veut plus et exige une suppression générale cette année.

Plus largement, le secteur et le gouvernement sont en désaccord sur le calendrier de mesures dédiées au bâtiment. Celui-ci les veut dès maintenant, mais l'exécutif les réserve pour un grand plan de relance à l'automne.

À ce titre, la fédération a présenté mardi son propre plan, évalué à cinq milliards d'euros par an. Il prévoit surtout d'élargir les aides destinées aux particuliers en matière de rénovation et de construction.

Il s'agit en premier lieu de MaPrimeRénov', qui concerne les travaux d'isolation et que la fédération veut rouvrir aux ménages les plus aisés, actuellement exclus, ainsi qu'élargir aux résidences secondaires.

En matière de construction de logements, l'organisation veut notamment relever les montants du prêt à taux zéro (PTZ), une aide à l'achat dont l'État a réduit l'ampleur ces dernières années.

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • antoi21
    30 juin15:41

    Vous avez raison. Et ce n'est pas tout. Ils n'ont pas compris ou ne veulent pas voir (comme la gauche d'ailleurs) la relation qui existent en impôts, taxes et chômage, plus d'impôts=plus de chômage. 9à va faire mal!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer