1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Crise des Gilets jaunes : les débuts flous du grand débat national
Le Parisien15/01/2019 à 05:59

Crise des Gilets jaunes : les débuts flous du grand débat national

Pour justifier la communication très tardive du Premier ministre sur l'organisation du grand débat, Matignon a un argument tout trouvé : « On veut laisser vivre la lettre d'Emmanuel Macron. On ne veut pas parasiter la communication du président ». Alors Edouard Philippe a pris tout son temps. Ce n'est que lundi soir à 19 heures qu'il a rendu public son communiqué sur le déroulé de ce grand rendez-vous dont le coup d'envoi est officiellement donné ce mardi par le président dans l'Eure.Sauf que le Premier ministre, qui s'était engagé mercredi dernier à trouver un successeur à Chantal Jouanno, n'a pas tenu cette promesse. Le collège de « garants », composé de cinq membres pour remplacer la présidente de la CNDP (Commission nationale du débat public), ne sera connu que.... vendredi. Soit trois jours après le lancement du débat. Seule précision : deux de ces garants seront désignés par le gouvernement et les trois autres par les présidents de l'Assemblée nationale, du Sénat et du Conseil économique, social et environnemental (CESE). LIRE AUSSI > Grand débat : l'indépendance en questionDe quoi souligner les difficultés de l'exécutif pour dénicher ces perles rares. D'autant que la journée a commencé sur fond de cacophonie quand le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a annoncé, formel, que Nicole Notat, l'ex patronne de la CFDT et Jean-Paul Bailly, l'ex patron de la Poste, allaient être enrôlés... Avant d'être sèchement recadré par Matignon qui s'est empressé de préciser que l'ancienne syndicaliste ne figurait pas sur sa liste.Voilà qui ne manque pas de rajouter à l'impression générale d'improvisation. « On a une idée assez précise de qui on veut désigner », minore toutefois Matignon sans plus de précision. Bailly semble en tout cas tenir la corde. Pour le reste....Tous les partis dans la boucleSeule l'entrée en piste de deux ministres coordinateurs, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer