1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Crise des Gilets jaunes : des ministres sous haute surveillance
Le Parisien11/01/2019 à 20:57

Crise des Gilets jaunes : des ministres sous haute surveillance

Ce vendredi après-midi, des ouvriers réparaient la porte du ministère des Relations avec le Parlement, rue de Grenelle (Paris VIIe), défoncée, samedi dernier, à l'aide d'un monte-charge. Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, avait dû être précipitamment exfiltré du bâtiment par un passage dans le jardin.La séquence a frappé les esprits dans les ministères. À la veille de l'acte 9 des Gilets jaunes, les autorités disent s'attendre à une mobilisation « plus forte » que la semaine précédente et... « plus radicale ». Aucune consigne n'a toutefois été donnée par Matignon.LIRE AUSSI > Paris se prépare à une forte mobilisationCette semaine, les responsables de la sécurité de chaque ministère ont été mobilisés pour potasser les procédures de confinement et d'extraction. « Ils ont aussi été briefés sur tous les petits gestes qui peuvent ralentir la progression d'éventuels manifestants : poser des chaînes sur les grilles, stationner des véhicules derrière les portes... », détaille une conseillère. « Les ministres ne sont pas plus protégés que cela. La priorité c'est d'assurer la sécurité de nos concitoyens, pas la nôtre », assure un ténor de l'équipe gouvernementale.Le préfet Delpuech sur la selletteIl n'empêche que de discrets dispositifs policiers seront disséminés dans Paris pour prêter main-forte en cas d'exfiltration de personnalités. Et, cette fois, des forces seront positionnées en nombre pour isoler les quartiers sensibles. Le cordon sanitaire traditionnellement dressé en triangle autour de Beauvau, Palais de l'Élysée et Champs-Élysées pourrait être élargi au secteur des ministères. Un casse-tête pour la préfecture de police de Paris qui doit aussi assurer la protection des manifestations. Or, le nombre de policiers et de gendarmes n'est pas extensible (80 000 sur toute la France, dont 5 000 dans la capitale).Le 1er décembre, de nombreuses forces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rodde12
    12 janvier16:26

    La patrie sera sauvée grâce au courage des ministres...

    Signaler un abus

  • qleraz
    12 janvier01:42

    ... la queue entre les jambes

    Signaler un abus

  • Berg690
    11 janvier21:51

    Dans leurs terriers...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer