1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Crash de l'A320 : après le cas Lubitz, gare aux amalgames sur les dépressifs

Le Point31/03/2015 à 18:13

4,5 millions de personnes ont été diagnostiquées dépressives en Allemagne...

Gare aux interprétations hâtives ! Quelqu'un qui souffre de dépression ne met pas obligatoirement en danger la vie des autres. Agacés par les experts autoproclamés qui ont, au cours des derniers jours, posé des diagnostics fantaisistes sur l'état de santé psychique du copilote Andreas Lubitz, plusieurs psychiatres et psychothérapeutes allemands de renom tapent du poing sur la table : dire qu'Andreas Lubitz a précipité 150 personnes dans la mort parce qu'il était dépressif, c'est stigmatiser tous ceux qui souffrent de cette maladie. En tout, quelque 4,5 millions d'Allemands ont été diagnostiqués dépressifs, ce qui représente 6 % de la population adulte. La dépression, maladie de masse Autre chiffre parlant : 12 % de la population fera dans le courant de sa vie un épisode dépressif. La dépression est devenue, en Allemagne comme en France, une maladie de masse, au même titre que le diabète ou l'hypertension. Les femmes sont deux fois plus affectées que les hommes, sans doute parce qu'elles hésitent moins à consulter en cas de troubles. Pourtant la dépression chez les hommes est en forte croissance depuis une dizaine d'années. Pour beaucoup d'hommes, la dépression est perçue comme un signe de faiblesse, qu'ils ont d'autant plus de mal à avouer. Peu à peu pourtant, depuis quelques années, le tabou et la honte qui entourent cette maladie s'atténuent. Le raccourci que certains n'hésitent pas à faire entre dépression et meurtre collectif,...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer