Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Covid-19: la santé mentale d'adolescents se dégrade, selon une pédopsychiatre
AFP21/11/2020 à 16:59

La santé mentale d'un nombre croissant d'adolescents se dégrade en raison du Covid-19 et du reconfinement ( AFP / Loic VENANCE )

La santé mentale d'un nombre croissant d'adolescents se dégrade en raison du Covid-19 et du reconfinement ( AFP / Loic VENANCE )

Crises suicidaires, d'angoisse, somatisation: la santé mentale d'un nombre croissant d'adolescents se dégrade en raison du Covid-19 et du reconfinement, s'inquiète la professeure en pédopsychiatrie à Rennes Sylvie Tordjman.

QUESTION: Qu'observez-vous au Pôle hospitalo-universitaire de psychiatrie de l'enfant et l'adolescent que vous dirigez?

REPONSE: A Rennes, comparé à la même période en 2019, nous accueillons deux fois plus de jeunes patients aux urgences pédiatriques (pour les moins de 16 ans, ndlr) pour des crises suicidaires, trois fois plus pour les troubles anxieux avec somatisation (des douleurs physiques inexpliquées), et quatre fois plus pour les troubles anorexiques. 

Des observations similaires ont été faites ailleurs en France par mes collègues, par exemple à l'hôpital (pédiatrique) Robert-Debré, à Paris, à Nantes et Limoges ou à Nice, au CHU- Lenval Hôpitaux (spécialisés en pédiatrie).

Pour nous, cette flambée est liée au reconfinement. Les chiffres étaient stables sur Rennes ces derniers mois, par rapport à la même période de 2019, y compris en octobre.

Q: Au-delà du nombre plus important de jeunes patients, les cas sont-ils plus graves?

R: Dans les tentatives de suicide, on relève des recours à la pendaison et à la défenestration anormalement élevés. Par ailleurs, tous les jeunes de 16 à 18 ans hospitalisés en novembre 2019 en unité d'hospitalisation de courte durée sont repartis ensuite chez eux avec des suivis en ambulatoire. Là, sur 11 jeunes hospitalisés entre le 1er et le 12 novembre 2020, seuls trois d'entre eux ont pu retourner à domicile avec un suivi en ambulatoire. Tous les autres ont été hospitalisés au long cours pour dépression sévère avec risque de récidive suicidaire. 

Pour les anorexiques, on observe la même aggravation. Ordinairement, les jeunes filles anorexiques ne vont jamais aux urgences pédiatriques. Là, elles y arrivent dans des états de dénutrition et de déshydratation. Elles arrêtent de boire et de manger et ça interroge sur de possibles tendances suicidaires. Elles sont dans une pathologie beaucoup plus sévère que d'habitude qui ne correspond pas aux modalités habituelles de l'anorexie. Le même constat a été fait à Robert-Debré ainsi qu'aux urgences pédiatriques des CHU de Toulouse et Rouen.

Habituellement, sur la première quinzaine de novembre, nous avons au maximum à Rennes une seule hospitalisation pour anorexie. Cette année, six adolescentes de moins de 16 ans ont été hospitalisées la première semaine de novembre. Trois d'entre elles sont sorties la semaine dernière, mais elles ont alors été remplacées par trois nouvelles patientes, avec donc un total de six lits occupés en permanence. 

Q: Le reconfinement suffit-il à expliquer cette recrudescence et que peuvent faire les proches?

R: On peut être surpris par ces chiffres car les écoliers, collégiens et lycéens sont scolarisés à 50% en présentiel. Mais le reconfinement général entraîne une diminution des activités sociales, sportives, culturelles, etc. C'est aussi un huis clos qui peut exposer davantage ces jeunes à des violences intra-familiales.

Par ailleurs, le reconfinement est un événement qui se répète et empêche de se projeter vers l'avenir, à commencer par les fêtes de Noël.

Tout cela entraîne une forme de stress chronique, renforcé par la précarité sociale provoquée par le confinement, les attentats, l'effet de saisonnalité (hiver).

Il est important que les parents respectent et fassent respecter à leurs enfants les rythmes physiologiques avec des heures régulières de coucher, de lever, des repas, ainsi que les activités physiques et sociales. Attention à l'addiction aux écrans! La désynchronisation des horloges biologiques entraîne, selon beaucoup d'études, une vulnérabilité aux troubles anxieux, dépressifs et psychotiques qui pourrait contribuer à expliquer ces passages aux urgences anormalement augmentés.

mcl/db/cal

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frenchto
    22 novembre00:15

    la santé mentale de melenchon aussi

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer