Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Covid-19 : l'OMS ne compte plus sur le vaccin pour mettre fin à la pandémie
information fournie par Boursorama avec Media Services10/09/2021 à 14:01

L'OMS envisage désormais que "le Covid va continuer à muter et rester avec nous, comme la grippe".

Hans Kluge à Moscou, en Russie, le 23 septembre 2020. ( SPUTNIK / ALEXANDER ASTAFYEV )

Hans Kluge à Moscou, en Russie, le 23 septembre 2020. ( SPUTNIK / ALEXANDER ASTAFYEV )

"L'objectif essentiel de la vaccination est avant tout d'empêcher les formes graves de la maladie et la mortalité" a reconnu vendredi 10 septembre le directeur de l'OMS en Europe, Hans Kluge. Selon lui, l'émergence de variants plus contagieux a remis en question la possibilité de contrôler l'épidémie grâce au vaccin.

Il faut "anticiper pour adapter nos stratégies de vaccination", notamment sur la question des doses supplémentaires, selon lui, alors qu'il est probable que le covid-19 devienne une maladie saisonnière et ne puisse être éradiquée.

En mai, le responsable sanitaire onusien avait affirmé que "la pandémie sera(it) terminée lorsque nous aurons atteint une couverture vaccinale minimale de 70%" de la population mondiale. Interrogé sur le fait de savoir si cet objectif valait toujours ou s'il devait être relevé, Hans Kluge a souligné que les nouveaux variants plus contagieux, principalement Delta, avaient changé la donne.

Une immunité collective illusoire ?

À l'époque, même si le variant détecté initialement en Inde sévissait déjà, "il n'y avait pas une telle émergence des variants plus transmissible et plus viraux", a-t-il fait valoir. "Donc je crois que cela nous amène au point où l'objectif essentiel de la vaccination est avant tout d'empêcher les formes graves de la maladie et la mortalité" , a souligné Hans Kluge.

"Si on considère que le Covid va continuer à muter et rester avec nous , comme la grippe, alors nous devons anticiper comment adapter progressivement notre stratégie de vaccination à la transmission endémique, et acquérir un savoir très précieux sur l'impact des doses supplémentaires", a-t-il ajouté.

Selon des épidémiologistes, il semble désormais illusoire d'atteindre l'immunité collective uniquement grâce aux vaccins , mais ceux-ci restent tout de même cruciaux pour circonscrire la pandémie de Covid-19. Un niveau très élevé de vaccination reste aussi indispensable "pour réduire la pression sur nos systèmes de santé qui ont désespérément besoin de traiter les autres maladies que le Covid", a souligné Hans Kluge vendredi.

Désormais dominant, le variant Delta est jugé 60% plus transmissible que le précédent (Alpha) et deux fois plus que le virus historique. Or, plus un virus est contagieux, plus élevé est le seuil nécessaire à l'immunité collective, c'est-à-dire le seuil de personnes immunisées au-delà duquel l'épidémie cesse. Celle ci peut s'obtenir via les vaccins ou l'infection naturelle.

51 commentaires

  • 11 septembre13:29

    la Bretagne, résiste tjrs les malouins on n'en veut pas, on est pas des cobayes!