1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Courroux européen après l'entrée en vigueur des sanctions commerciales américaines
Le Monde18/10/2019 à 17:13

Cette hausse des droits de douane américains à l'encontre des produits européens est d'une valeur de 6,7 milliards d'euros.

L'heure de la riposte a sonné. L'entrée en vigueur, vendredi 18 octobre à 00 h 01, heure de Washington, des sanctions douanières américaines à l'égard des produits européens a provoqué une première volée de réactions irritées. « Regrettant » cette décision, la commissaire européenne au commerce, Cecilia Malmström, a estimé, vendredi, que l'Union européenne (UE) n'a « pas d'autre choix » que des représailles.

Cette hausse des droits de douane américains à l'encontre des produits européens d'une valeur de 7,5 milliards de dollars (6,7 milliards d'euros) a reçu le feu vert de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) dans le cadre du feuilleton des subventions accordées à Airbus. Le prochain épisode de cette affaire à rebondissements devrait être la possibilité qui sera donnée en 2020 par l'OMC à l'UE d'à son tour imposer des sanctions contre les Etats-Unis, accusés d'avoir subventionné Boeing.

La filière vin inquiète

Pour la France, selon l'assureur-crédit Euler Hermes, le coût des sanctions américaines devrait se monter à un milliard d'euros. Plus de la moitié de la facture (530 millions d'euros) sera supportée par l'industrie aéronautique dont les ventes d'avions finis seront taxées à 10 %. Les exportations de vins de raisin non pétillants, pénalisées par des droits de douane de 25 %, seraient, elles, affectées à hauteur de 370 millions d'euros. Le reste pourrait être prélevé sur les produits laitiers (60 millions d'euros de pertes) et d'autres postes résiduels (40 millions).

... Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • kozlow67
    18 octobre20:26

    Certains feraient mieux de regarder la télé, Macron est le seul chef d'état européen à résister au vilain canard donald...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer