1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Coupe d'Afrique des nations : une Algérie «made in France»
Le Parisien18/07/2019 à 10:38

Coupe d'Afrique des nations : une Algérie «made in France»

Il y aura un petit air de France ce vendredi lors de la finale de Coupe d'Afrique des nations (CAN) entre l'Algérie et le Sénégal au Caire (Égypte). La sélection algérienne est, en effet, composée de joueurs majoritairement nés dans l'Hexagone et évoluant (ou ayant évolué) dans le Championnat de France. En demi-finale contre le Nigeria (2-1), sept des onze titulaires des Fennecs possédaient ainsi la double nationalité franco - algérienne.Il s'agit du gardien Raïs Mbolhi, des défenseurs Mehdi Zeffane et Aïssa Mandi et des milieux Sofiane Feghouli, Ismaël Bennacer, Adlène Guedioura et Riyad Mahrez. Le latéral gauche Ramy Bensebaini est, lui, Algérien, mais évolue à Rennes (L1) depuis deux ans. Enfin, le sélectionneur Djamel Belmadi, né à Champigny (Val-de-Marne), a évolué durant sa carrière de joueur au PSG puis à Marseille. « Bien sûr que les résultats sont essentiellement dus à la formation française, déclare Nasser Sandjak, ancien sélectionneur des Fennecs et quart de finaliste de la CAN en 2000. Il n'y a pas de formation en Algérie. Il existe dans l'Hexagone une culture technique, physique et mentale plus importante que celle des joueurs locaux. »«Un manque d'infrastructures et d'éducateurs»« Il n'y aurait pas cette équipe nationale qui brille sans la formation française, appuie Abdel Djaadaoui, sélectionneur de l'Algérie entre 2000 et 2001. Il existe pourtant un vivier extraordinaire en Algérie mais la formation est délaissée. On a des lacunes. Il y a un manque d'infrastructures, un manque d'éducateurs qualifiés, bref un manque de tout. On est même en retard par rapport à nos voisins de la Tunisie et du Maroc. Par exemple, La fédération marocaine a engagé comme coordinateur à la DTN Jean-Pierre Morlans (ancien DTN à la FFF en 2007) en 2014. » Pourquoi la formation algérienne possède un énorme retard sur ses voisins ? De l'autre côté de la Méditerranée, les jeunes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer