1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Coup d'Etat au Burkina Faso : divergences à la tête de l'armée
Le Parisien01/11/2014 à 00:50

Coup d'Etat au Burkina Faso : divergences à la tête de l'armée

 Si l'armée a bel et bien pris le pouvoir au Burkina Faso après la démission de Blaise Compaoré, la situation était confuse vendredi soir. A priori, des tractations étaient en cours, menées par  le numéro 2 de la garde présidentielle, le lieutenant-colonel Isaac Yacouba Zida, selon «Libération» pour remplacer le chef d'état-major des armées, Honoré Traoré, qui s'était autoproclamé vendredi en milieu d'après-midi «chef de l'Etat». Ce dernier semble loin de faire l'unanimité dans l'opinion burkinabèe.

Demandant le soutien de la communauté internationale, le lieutenant-colonel Zida, soutenu par des officiers a annoncé, place de la Nation à Ouagadougou que «la Constitution du 2 juin 1991 (était, Ndlr) suspendue », en promettant la mise en place d'un «nouvel organe» pour gérer une transition, «la plus brève possible». Dans un communiqué, il a fait par ailleurs état de «la fermeture des frontières aériennes et terrestres» du pays.

Juste avant, Honoré Traoré avait annoncé dans un communiqué : «Constatant la vacance du pouvoir ainsi créée, considérant l'urgence de sauvegarder la vie de la nation (...), j'assumerai à compter de ce jour mes responsabilités de chef de l'Etat», a poursuivi le général de division, au lendemain d'une journée agitée au cours de laquelle le Parlement avait été incendié.

VIDEO. Honoré Traoré, le patron de l'armée, se proclame chef de l'Etat

Compaoré a quitté la capitale

Le président Blaise Compaoré, lui, avait fait annoncer sa démission vendredi à la mi-journée. «Dans le souci de préserver les acquis démocratiques, ainsi que la paix sociale (...), je déclare la vacance du pouvoir en vue de permettre la mise en place d'une transition», avait-il écrit dans un communiqué lu par une journaliste à la télévision privée BF1. L'ancien homme fort du Faso, à sa tête pendant 27 ans, appelle à des élections «libres et indépendantes» sous 90 jours. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • LeRaleur
    31 octobre18:30

    Encore un qui va s'en mettre plein les poches.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer