Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Coup d'envoi des européennes en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas

Reuters22/05/2014 à 10:01

LA GRANDE-BRETAGNE ET LES PAYS-BAS LANCENT LES ÉLECTIONS EUROPÉENNES

par Luke Baker

BRUXELLES (Reuters) - La Grande-Bretagne et les Pays-Bas donnent ce jeudi le coup d'envoi des élections européennes et devraient offrir un avant-goût du vent de contestation attendu à travers le continent en offrant la victoire à des partis rangés à l'extrême droite et hostiles à l'Union européenne.

Après une campagne dont les sondages montrent qu'elle n'a guère passionné les électeurs, environ 380 millions d'Européens sont appelés à voter dans les 28 pays membres de l'UE pour élire les 751 députés qui les représenteront au Parlement européen.

Comme la plupart des autres pays, la France votera dimanche.

Sur un continent peinant à se relever de la crise de 2008, avec persistance d'une croissance économique atone et d'un chômage élevé sur fond de politiques d'austérité, ces élections devraient se traduire par une poussée des formations hostiles aux décisions et au mode de fonctionnement actuel de l'UE.

En Grande-Bretagne, le Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP), qui prône un contrôle plus strict de l'immigration et une sortie de l'UE, est donné gagnant par les instituts de sondage et devrait reléguer les conservateurs au pouvoir à la troisième place, derrière l'opposition travailliste.

Un scénario identique est attendu aux Pays-Bas, où le Parti de la Liberté (PVV) de Geert Wilders, hostile à l'islam et à l'UE, devrait s'imposer. Des sondages le créditent de 23% des intentions de vote.

Le PVV a ensuite prévu de s'allier au Parlement européen avec le Front national, auquel des sondages prédisent aussi une victoire en France, dans l'espoir de créer un nouveau groupe parlementaire.

FAIBLE PARTICIPATION ATTENDUE

Les Pays-Bas vont autoriser la publication dès jeudi soir des estimations à la sortie des urnes tandis que la Grande-Bretagne n'annoncera ses résultats que dimanche soir, une fois que le vote sera terminé dans l'ensemble de l'UE.

La tendance attendue dans ces deux pays devrait se retrouver non seulement en France, mais aussi au Danemark, en Hongrie, en Italie ou encore en Suède.

A l'occasion du dernier jour de campagne, Jean-Claude Juncker, candidat du Parti populaire européen (PPE, conservateurs) pour la présidence de la Commission, a lancé un appel à la mobilisation contre ces formations hostiles à l'UE.

"Ne donnez pas vos votes aux xénophobes extrémistes et aux fascistes", a lancé l'ancien Premier ministre luxembourgeois lors d'un meeting à Bruxelles. "Si vous voulez une Europe qui fonctionne et au service de ses citoyens, vous devriez voter pour ceux qui travailleront dur au sein du prochain Parlement européen."

Depuis les premières élections européennes au suffrage direct en 1979, la participation n'a cessé de chuter pour descendre à 43% en 2009. Elle devrait encore reculer cette fois, aux alentours de 40%.

Malgré ces courants contraires, les quatre grands blocs traditionnels de la scène politique européenne -les conservateurs du PPE, les sociaux démocrates, les libéraux de l'ALDE et les écologistes- devraient recueillir ensemble environ 70% des suffrages et continuer à orienter les décisions du Parlement européen, qui jouit désormais d'un pouvoir de "co-décision" avec le Conseil européen depuis l'adoption du traité de Lisbonne en 2009.

Ces groupes ont tenté de pimenter les élections en désignant chacun un candidat (deux pour les Verts) pour le poste de président de la Commission européenne, dont la désignation revient aux chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres réunis au sein du Conseil.

Selon un responsable socialiste français, les conservateurs, les sociaux-démocrates et les libéraux se sont toutefois entendus pour tenter de forcer la main du Conseil en décidant que le candidat du camp arrivé en tête aux élections sera soutenu par les deux autres.

(Avec John O'Donnell et Julia Fioretti; Bertrand Boucey pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.