Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

CORR-Une base française près de la Libye pour combattre les islamistes

Reuters 02/10/2014 à 22:39

(Bien lire qu'Hervé Ladsous est le chef des opérations de maintien de la paix de l'Onu et non de la Minusma à l'avant dernier para; précision sur le nom du porte-parole du groupe de Mokhtar Belmmokhtar) par John Irish PARIS, 2 octobre (Reuters) - L'armée française est en train d'établir une base dans le nord du Niger dans le cadre d'une opération visant les activistes liés à Al-Qaïda qui évoluent dans la zone sahélo-saharienne, du sud de la Libye à la Mauritanie, a-t-on appris de responsables. La France a pris l'initiative des efforts pour repousser les islamistes dans la région depuis son intervention au Mali, l'an dernier, et a redéployé ses troupes cette année dans le cadre de l'opération régionale de contre-terrorisme "Barkhane". Quelque 3.000 soldats français opèrent ainsi au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad, pays à cheval sur la bande sahélienne, avec l'objectif d'éradiquer la menace islamiste dans la région. Un millier d'autres hommes, au Gabon et au Sénégal, fournissent un soutien logistique. "Une base est en train d'être installée dans le nord du Niger (...) avec la question lancinante de la Libye", a dit un diplomate. Depuis des mois, des responsables français se disent inquiets de l'instabilité de la Libye, où le vide politique dans les villes du Nord offre toute latitude aux groupes islamistes pour prendre position dans le Sud désertique. On estime à 300 le nombre de combattants liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique ou au groupe dissident dirigé par Mokhtar Belmokhtar dans le Sud de la Libye, point de départ des routes de la contrebande dans la région. Les puissances occidentales excluent toute intervention militaire dans le pays pour ne pas risquer de déstabiliser une région tout entière, car chacun des voisins soutient des groupes et a des intérêts divergents en Libye. MINUSMA À RENFORCER Mais la France, d'autant plus exposée dans la région sahelo-saharienne maintenant qu'elle est engagée en Irak contre l'Etat islamique, veut frapper plus fort. L'assassinat d'Hervé Gourdel par un groupe algérien ayant fait allégeance à l'EI semble aussi avoir renforcé sa détermination. "L'approche est globale", a dit jeudi le porte-parole de l'état major des armées, Gilles Jaron. "Nous sommes en premier rideau dans la bande Sahel-Sahara et en appui en Irak." Si le centre de commandement de l'opération Barkhane est à N'Djamena, capitale du Tchad, un poste avancé a été installé dans ce même pays, à 200 km de la frontière libyenne. Au Niger, où des drones américains et français sont déjà opérationnels, la base est en cours d'achèvement et pourra accueillir jusqu'à 200 soldats ainsi qu'un soutien aérien. "Nous aurons à rejoindre les points qui nous intéressent et donc les grands points de transit susceptibles d'être empruntés par les terroristes", a dit le colonel Jaron. La France dit avoir enregistré plusieurs succès militaires ces dernières semaines. Deux sources diplomatiques affirment qu'Abou Aassim El Mouhadjir, porte-parole du groupe de Mokhtar Belmokhtar, a été capturé en août. Quatre activistes présumés ont en outre été pris fin septembre à Gao, dans le nord du Mali. La France a cédé le contrôle de cette zone à la Minusma, la force de maintien de l'Onu. Cela ne va pas sans difficultés et les attaques contre les soldats étrangers sont plus fréquentes. Le chef des opérations de maintien de la paix de l'Onu, Hervé Ladsous, a fait état la semaine dernière d'un risque accru, disant que le manque d'hélicoptères et de forces spéciales rend la riposte compliquée. "Le problème est en train d'être résolu. Nous voulons que la Minusma soit à la hauteur pour pouvoir nous concentrer sur notre mission numéro un: nous débarrasser d'Aqmi", a dit une source au ministère de la Défense. (Gregory Blachier pour le service français, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.