Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

CORR-La France aimerait prévenir dès février le risque de Brexit

Reuters21/01/2016 à 14:51
 (Bien lire sortie de l'UE dans le troisième sous-titre) 
    * Paris espère une solution au Conseil européen des 18-19 
février 
    * Les demandes de Cameron "pas insurmontables", dit Hollande 
    * Une sortie de Londres de l'UE serait "un drame", dit Valls 
 
    PARIS/DAVOS, 21 janvier (Reuters) - La France aimerait 
prévenir le risque d'une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union 
européenne dès le mois prochain, ont déclaré jeudi François 
Hollande et Manuel Valls, en affirmant qu'il ne s'agissait pas 
d'accepter n'importe quelles conditions et que l'intégration de 
la zone euro devait se poursuivre. 
    Parmi les demandes du Premier ministre britannique, David 
Cameron, "aucune n'est insurmontable mais les principes doivent 
être respectés", a dit le président français lors de ses voeux 
au corps diplomatique, citant "notamment la libre circulation". 
    "Le mieux serait de trouver un accord dès le Conseil 
européen des 18 et 19 février", a-t-il ajouté. 
    "Il faut trouver un compromis", avait déclaré quelques 
minutes auparavant Manuel Valls dans une intervention au Forum 
de Davos. "J'espère que le rendez-vous du mois de février 
permettra d'avancer, en tout cas sera une étape tout à fait 
décisive." 
    Le référendum sur le maintien dans l'Union européenne doit 
se tenir en Grande-Bretagne avant fin 2017. David Cameron, qui 
espère organiser la consultation dès cette année, veut faire 
campagne pour le "oui" si ses demandes sont acceptées par les 
Européens. 
    Selon Manuel Valls, "il y a des demandes britanniques qui 
sont parfaitement entendables sur la simplification, une Europe 
qui fonctionne mieux, qui soit plus efficace". 
    Il n'a pas cité la plus problématique d'entre elles, celle 
revenant à priver des travailleurs européens de certains 
avantages sociaux, qui heurte a priori le principe de la libre 
circulation. 
     
    INTÉGRATION DE LA ZONE EURO 
    "Nous devons tout faire pour que la Grande-Bretagne et le 
peuple britannique, puisque c'est lui qui choisira, restent dans 
l'Union européenne. Evidemment pas à n'importe quelles 
conditions, ça n'aurait pas de sens", a-t-il ajouté. 
    Une source diplomatique française a précisé que la remarque 
du chef de l'Etat sur la libre circulation ne signifiait pas un 
veto de la France à la demande britannique concernant les 
prestations sociales : "Elle fait partie des choses à discuter." 
    Face à la menace terroriste, à la crise des réfugiés, au 
conflit en Ukraine, aux tentations séparatistes et à la montée 
du populisme, "il n'y aurait rien de pire que de voir des pays 
ou un pays partir", a poursuivi Manuel Valls. "Voir partir la 
Grande-Bretagne de l'Union européenne serait un drame."     
    François Hollande et Manuel Valls ont parallèlement insisté 
jeudi sur l'exigence de la poursuite de l'intégration de la zone 
euro. 
    "Il faut aller beaucoup plus loin et nos amis britanniques 
doivent l'entendre", a dit Manuel Valls, citant le soutien à 
l'économie, le renforcement de la stabilité de l'euro et la 
convergence fiscale.   
    "Que le Royaume-Uni veuille prendre une voie différente, 
dans l'Union européenne, je peux l'admettre", a pour sa part 
déclaré François Hollande, "mais ça ne doit pas empêcher les 
pays qui ont décidé d'aller plus dans l'intégration, notamment 
monétaire, de pouvoir le faire".        
    Le sujet sera au menu du prochain sommet franco-britannique 
prévu le 3 mars à Amiens, dans la Somme.  
 
 (Jean-Baptiste Vey et Elizabeth Pineau à Paris, avec les 
équipes de Reuters à Davos, édité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.