Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

CORR-France-L'Etat va aider quelques départements pour le RSA

Reuters16/10/2015 à 10:00

(Corrige nom de l'Odas, §3) PARIS, 15 octobre (Reuters) - L'Etat apportera un soutien supplémentaire aux départements en grande difficulté financière afin qu'ils puissent faire face à la charge du Revenu de solidarité active (RSA), a déclaré jeudi la ministre de la Décentralisation, Marylise Lebranchu. Devant l'Assemblée des départements de France (ADF), elle a en outre déclaré que la recentralisation du RSA vers l'Etat, souhaitée par des élus locaux, ferait l'objet de travaux d'ici fin mars, s'inscrivant dans la suite de Manuel Valls sur ce sujet et suscitant la déception de l'ADF. Les aides sociales ont représenté pour les départements une dépense totale de 35,06 milliards d'euros dont 9,33 milliards pour le RSA (+7,06%), selon l'Observatoire national de l'action sociale. La charge nette, une fois déduits les concours de l'Etat, s'élevait à 3,7 milliards d'euros, en hausse de 20,5%. La charge s'est révélée d'autant plus lourde que le nombre de bénéficiaires a augmenté de 5,67% et que le RSA a été revalorisé deux fois cette année-là. La semaine dernière, les représentants de l'ADF avaient alerté le Premier ministre sur la situation financières de plusieurs départements, "préoccupante" pour une dizaine et "fragile" pour une quarantaine d'autres. Selon l'ADF, plusieurs d'entre eux ne sont pas en mesure de boucler leur budget pour 2016, dont le Nord ou le Val-de-Marne. Invitée à leur apporter de premières réponses, Marylise Lebranchu a annoncé la mise en oeuvre d'une aide exceptionnelle qui devra faire l'objet d'une évaluation préalable. UNE AIDE A QUELQUES DÉPARTEMENTS "Nous examinerons la nécessité de prendre des mesures d'urgence pour les départements qui seraient dans la situation la plus difficile dès 2016", a déclaré la ministre selon le texte de son discours, transmis par ses services. "Je vous propose que ces aides, dans un esprit de justice et d'équité, aillent aux quelques départements qui se trouvent dans une situation financière difficile, qui ont réalisé dans les dernières années d'importants efforts de gestion et qui malgré cela ne disposent plus de marges budgétaires." Ces aides, a-t-elle ajouté, seront inscrites dans la loi de finances rectificative 2015, d'ici la fin de l'année. Elle n'a en revanche pas donné plus de gages sur le retour du RSA dans le giron de l'Etat que n'en avait donné la semaine dernière Manuel Valls, évoquant seulement une feuille de route. Parmi les conditions sine qua non, a-t-elle dit, "l'Etat reprendrait l'intégralité des ressources que les départements consacraient au financement du RSA au moment du transfert (et) ces ressources devront être suffisamment dynamiques pour garantir notre trajectoire budgétaire". En outre, les départements devraient conserver la mission d'insertion, d'attribution des aides et de contrôle, donc les frais de personnels afférents. Ces annonces ont déçu l'ADF. "J'attendais deux choses qui ne sont pas venues : des chiffres sur les mesures d'urgence et un calendrier de travail plus précis sur les réformes structurelles", a dit son président, Dominique Bussereau. (Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.