1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Coronavirus: Paris reconnaît une mauvaise communication européenne
Reuters25/03/2020 à 21:57

CORONAVIRUS: PARIS RECONNAÎT UNE MAUVAISE COMMUNICATION EUROPÉENNE

PARIS (Reuters) - La France a envoyé autant de masques de protection à l'Italie, l'un des principaux foyers de l'épidémie de coronavirus en Europe, que la Chine, a indiqué mercredi l'Elysée, jugeant "peu approprié" l'eurobashing concernant cette crise tout en reconnaissant une faiblesse dans la communication.

"Sur la question de la solidarité, on a eu une faiblesse narrative, on n'a pas assez collectivement, en Europe, communiqué sur les efforts parfois régionaux, concrets, locaux, des uns vis-à-vis des autres", a estimé une source à la présidence française.

Or "l'Allemagne a livré des masques à l'Italie, la France a livré des masques à l'Italie, autant que la Chine l'a fait à ce stade", soit un million, a insisté cette source à l'heure où des voix s'élèvent en Italie pour dénoncer un manque de solidarité européenne.

D'autres actions européennes ont été menées, à l'image du rapatriement des ressortissants européens à Wuhan, des 58 places libérées en urgence pour des patients français dans des hôpitaux de Suisse, Luxembourg et Allemagne ou encore des 200.000 blouses de protection envoyées par la France en Italie, a ajouté cette source.

Cette mise au point de Paris survient quelques jours après l'envoi par la Chine, la Russie ou encore Cuba de renforts médicaux ou des masques en Italie, des annonces sur lesquelles les trois pays ont largement communiqué.

Ces aides, utilisées par Pékin, La Havane et Moscou comme du "soft power", ont alimenté les critiques sur l'incapacité de l'Union européenne à se coordonner rapidement et massivement face à l'épidémie de coronavirus qui a d'ores et déjà contaminé plus de 200.000 personnes sur le continent européen.

(Marine Pennetier et Michel Rose, édité par Jean-Michel Bélot)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aerosp
    26 mars06:56

    Macron a acheté des centaines milliers de fusils et de révolvers pris certainement sur le budget des hopitaux, sans parler des grenades et autres flash ball pour tapper sur le peuple.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer