Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

COR - Le débat sur les centres éducatifs fermés se poursuit

Reuters08/08/2012 à 18:26

Correction prénom Delarue § 7

PARIS (Reuters) - Les centres éducatifs fermés ne sont pas "la solution universelle" à la délinquance juvénile mais "doivent rester une alternative possible", a déclaré mercredi le contrôle général des lieux de privation de liberté au lendemain de propos polémiques de Christine Taubira sur le "fantasme" des CEF.

L'ancien ministre UMP Laurent Wauquiez a jugé pour sa part sur RTL que la position "surréaliste" de la ministre de la Justice, régulièrement taxée de laxisme par l'opposition de droite, traduisait un manque d'autorité à la tête de l'Etat.

Dans un entretien à Libération publié mardi, Christiane Taubira annonçait notamment la suspension de la création prévue de 18 centres éducatifs fermés alors que le doublement de ces structures pour des multirécidivistes de 13 à 18 ans figure dans le programme électoral de François Hollande.

La France dispose aujourd'hui de 42 CEF, qui ont été créés en 2002 par la droite.

"Il faut sortir du fantasme CEF. Il faut arrêter de dire que c'est 'la' solution", justifiait la garde des Sceaux, qui souligne sa préférence pour le placement en "milieu ouvert", "pour une réalité simple : 80% de non-récidive".

Plus largement, Christiane Taubira s'élève contre les courtes peines d'incarcération qui selon elle "génère de la récidive" et aggravent la surpopulation carcérale.

Pour Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGPL), la ministre "a parfaitement raison" lorsqu'elle parle de privilégier l'éducatif ouvert.

HOLLANDE "NE TIENT PAS SON ÉQUIPE GOUVERNEMENTALE"

"Mais, a-t-il nuancé sur BFM TV et RMC info, les CEF doivent rester une alternative possible parmi la gamme des solutions qui s'offrent aux juges des enfants pour remettre ces enfants dans le droit chemin", même s'ils ne sont pas "la solution universelle".

Le député UMP de Haute-Loire Laurent Wauquiez s'est alarmé d'une approche "surréaliste" de la Chancellerie.

"La surpopulation carcérale, ça ne se gère pas en envoyant moins de gens en prison. (...) C'est-à-dire qu'en fait, face à des délits, on ne mettrait plus de peines en place parce qu'on n'a plus de places en prison?", s'est-il interrogé sur RTL.

"Christiane Taubira contredit ostensiblement les propos du président de la République sur les centres éducatifs fermés, et avant elle, Manuel Valls, au fond, s'est assis sur une des promesses de campagne qui était le récépissé sur le contrôle d'identité", a-t-il relevé.

"Je trouve qu'on a un vrai problème en ce moment d'autorité. C'est qu'on a un président de la République qui ne tient pas son équipe gouvernementale", a ajouté Laurent Wauquiez.

L'ancien ministre socialiste Jack Lang a défendu en Christian Taubira "un vrai ministre de la Justice qui est attaché au droit, au respect et à la dignité".

"On sait que ces centres éducatifs fermés, qui ne sont pas des prisons, coûtent extrêmement cher pour des résultats très modestes", a-t-il déclaré sur Europe 1.

"Aujourd'hui, les prisons françaises sont de terribles fabriques à délinquance", a-t-il estimé, dénonçant "une honte".

"Bien sûr qu'il faut être sévère, mais en même temps il faut éduquer, initier et insérer".

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.