1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

COR-Juncker aimerait que le Royaume-Uni change d'avis sur le Brexit

Reuters17/01/2018 à 12:36

JUNCKER AIMERAIT QUE LE ROYAUME-UNI CHANGE D'AVIS SUR LE BREXIT

STRASBOURG (Reuters) - (Correction: Bien lire au paragraphe 2, "article 49" en seconde référence.)

Une fois qu'il aura quitté l'Union européenne, le Royaume-Uni pourra toujours faire usage de l'article 50 du traité de Lisbonne qui lui permet de faire son retour, a déclaré mercredi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, ajoutant qu'il "aimerait" que cela soit le cas.

"Une fois que les Britanniques seront partis sous l'égide de l'article 50, il reste l'article 49 qui permet un retour et j'aimerais ça", a-t-il dit devant les députés européens.

Il s'agit également de la position maintes fois répétée des partenaires européens du Royaume-Uni.

"Si demain, après-demain ou après après-demain, le Royaume-Uni souhaitait changer d'avis il est clair que ce sera examiné avec bienveillance. Mais ce n'est pas à nous de dire s'il le souhaite", a dit mercredi une source de la présidence française.

Pour Jean-Claude Juncker, le Brexit est une situation "perdant-perdant".

"Pour moi, la sortie du Royaume-Uni est une catastrophe, c'est un échec que nous devons tous assumer", a-t-il ajouté, reconnaissant, en évoquant des propos du Premier ministre britannique, Theresa May, des "racines anciennes" et des torts partagés.

"Les Britanniques ne se sont jamais sentis à l'aise dans l'Union européenne", a-t-il admis.

(Gilbert Reilhac, avec Jean-Baptiste Vey à Paris, édité par Yves Clarisse)

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • remimar3
    17 janvier13:19

    Que Junker explique de quelle façon l'Europe à appris de ses erreurs pour enfin constituer une structure accueillante pour l'état d'esprit anglais.

    Signaler un abus

  • lechypre
    17 janvier13:00

    Quelle honte !!! Ou est la démocratie? Elle semble avoir disparu compte tenu des discours de nos élites européenne. Un référendum ne passe pas dans le bon sens, pas de problème pour s assoir sur le vote démocratique en GB . En Catalogne le vote ne vas pas dans le bon sens, on menace de prison et on propose de revoter...c révoltant, mais qu' attendent les peuples européens????

    Signaler un abus

  • dupon666
    17 janvier12:48

    Pas de chantage à l'€ ça pose un probleme à l'UERSS

    Signaler un abus

  • dupon666
    17 janvier12:47

    ce à quoi on reconnait un vrai democrate à la tete de l'UE

    Signaler un abus

  • dan197
    17 janvier12:35

    Le fameux traité de Lisbonne, la France au référendum l'avait rejeté !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer