Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

COR-François Hollande tente de ressouder sa majorité

Reuters22/07/2013 à 17:37

FRANÇOIS HOLLANDE TENTE DE RESSOUDER SA MAJORITÉ

Correction prénom Assouline, dernier paragraphe.

PARIS (Reuters) - François Hollande reçoit ce lundi soir à l'Elysée les chefs des partis de gauche pour ressouder sa majorité parlementaire et obtenir plus de solidarité, en dépit de sa promesse de ne pas recevoir les élus à l'Élysée.

Le Premier ministre sera également présent à ce dîner, après des mois de turbulences avec les alliés du Parti socialiste, qui lui reprochent pour les uns un manque d'allant écologiste, pour les autres une ligne pas assez ou trop "réformiste".

Outre Jean-Marc Ayrault, le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, le secrétaire national d'Europe Écologie-Les Verts, Pascal Durand, le président du Mouvement progressiste, Robert Hue, le président du Parti radical de gauche, Jean-Michel Baylet, ainsi que le président du Mouvement républicain et citoyen, Jean-Luc Laurent, partageront la table du chef de l'Etat.

François Hollande, qui avait déjà rencontré des parlementaires, recevra en outre mardi Pierre Laurent, le numéro un du Parti communiste.

L'opposition y voit un reniement du président qui, lors de sa campagne, dans une célèbre anaphore, avait lancé "Moi, président, je ne me conduirai pas en chef de la majorité" et une rupture de plus avec l'image du "président normal".

Les ténors du Parti socialiste rejettent ces critiques, soulignant qu'un dîner en petit comité n'a rien à voir avec les grand-messes orchestrées par Nicolas Sarkozy lorsqu'il recevait des centaines de parlementaires.

"Il est convenable que le président invite chez lui, dans la maison du peuple, dans le lieu du pouvoir", a dit Pierre Assouline, porte-parole du PS, lors de son point de presse hebdomadaire.

"Ça ne ressemble en rien au grand barnum d'invitations de centaines de parlementaires de la majorité précédente. C'est tout a fait normal et puis c'est au grand jour, devant les Français", a-t-il ajouté.

"L'HEURE EST AU RASSEMBLEMENT"

Pour le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, "qu'il rencontre les responsables politiques, c'est la moindre des choses".

"Il avait dit 'je ne recevrai pas les parlementaires à l'Elysée'. Il n'y a jamais eu de réception, voire de convocation de tous les parlementaires", a souligné sur BFMTV Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l'Assemblée nationale.

"C'est une réunion en même temps pour remercier et pour demander ce que la mobilisation continue", a dit Bruno Le Roux, pour qui "il faut toujours faire attention à une majorité quand elle est issue de plusieurs partis".

L'exécutif souligne que les rendez-vous électoraux et les grands dossiers de la rentrée, comme la réforme des retraites, seront abordés lors de ce dîner.

"L'idée est de faire un repas par an pour faire un point de l'année écoulée, évoquer les dossiers de la rentrée et aussi les élections municipales", dit-on de source gouvernementale.

Toute une série de dossiers ont valu ces derniers mois des reproches au chef de l'Etat.

Les plus sensibles ont été ceux du nucléaire, de la transition énergétique et du budget du ministère de l'Ecologie -marqué par l'éviction de Delphine Batho du gouvernement- qui ont conduit les Verts au bord du clash.

Les Radicaux de gauche ont refusé pour leur part de voter la transparence ou le non-cumul des mandats tandis que d'autres partenaires considèrent que la barre n'est pas assez à gauche. Un sentiment partagé par l'aile gauche du PS.

Plus largement, les alliés du PS déplorent un manque de communication sur les projets de l'exécutif.

En recevant Pierre Laurent, François Hollande tentera d'amener les communistes à plus de solidarité -notamment électorale- à moins d'un an des élections municipales de 2014.

Au lendemain de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot, où le candidat PS a été éliminé au premier tour au profit du Front national, plusieurs dirigeants socialistes ont attribué cet échec à la division de la gauche.

"Le Parti communiste, la gauche, doivent être au rendez-vous du rassemblement", pour 2014, a insisté David Assouline.

Gérard Bon, avec service France, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.