Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

COR-Fin d'une grève coûteuse pour Air France

Reuters09/02/2012 à 20:58

AIR FRANCE ESTIME LE COÛT DE LA GRÈVE ENTRE 8 ET 10 MILLIONS D'EUROS PAR JOUR

Correction du jour au troisième paragraphe.

PARIS (Reuters) - Le trafic aérien reviendra à la normale vendredi à Air France avec la fin, peut-être provisoire, d'un conflit social entamé lundi dernier contre le projet d'encadrer le droit de grève et qui aurait coûté de 8 à 10 millions d'euros par jour.

Selon la direction, ce chiffre comprend les indemnisations des passagers et les modifications des réservations ainsi que les coûts des centres d'appels et des quelque 170.000 textos et courriers électroniques envoyés au passagers.

Jeudi, 77% des vols long-courriers et 75% des vols moyen-courriers ont été assurés, dit Air France dans un communiqué.

Sur les quatre jours de grève, la compagnie dit avoir assuré les trois quarts de ses vols, mais a dû procéder à 300 annulations de vols "à chaud".

Le ministre des Transports, Thierry Mariani, a affirmé lors des questions d'actualité au Sénat qu'Air France était pratiquement la seule compagnie touchée par la grève et que les pilotes étaient "quasiment les seuls à faire grève".

Le ministre recevra vendredi les syndicats représentatifs du transport aérien, dont le Syndicat national des pilotes de lignes (SNPL), pour tenter d'éviter une seconde grève.

"On ira en intersyndicale mais le ministre aurait pu gagner trois jours en recevant les organisations dès le début de la grève", a déclaré David Ricatte, de la CGT Air France.

L'intersyndicale menace d'une deuxième grève de quatre jours à partir du 15 février contre la proposition de loi du député UMP Eric Diard visant à instaurer un "service garanti" dans les transports aériens, en réalité à encadrer le droit de grève par des procédures de déclaration préalables des salariés.

DISCUSSIONS DÉLICATES

Les discussions s'annoncent délicates, car Thierry Mariani a réaffirmé jeudi le soutien du gouvernement à la proposition de loi, dans laquelle les syndicats voient une atteinte au droit de grève.

"Est-ce que le gouvernement entend soutenir et continuer à soutenir cette proposition de loi, la réponse est 'oui'", a-t-il dit devant les sénateurs.

Prié de dire si la réunion au ministère pourrait permettre de dénouer le conflit, David Ricatte a dit s'attendre à ce que le ministre propose une modification du calendrier de l'examen du texte "afin d'éviter une nouvelle grève pendant les vacances de février".

"On ne tire pas de plans sur la comète, on attend de voir", a dit le syndicaliste.

Thierry Mariani a assuré de son côté que le gouvernement n'entendait pas porter atteinte au droit de grève. "Cette loi ne concerne pas le droit de grève, elle touche simplement à l'organisation des transports en cas de conflit", a-t-il dit.

Le texte adopté en première lecture à l'Assemblée le 24 janvier doit être en principe examiné au Sénat le 15 février, avant de revenir le 22 février en nouvelle lecture devant les députés, qui ont le dernier mot.

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a souhaité mercredi que la proposition de loi soit définitivement adoptée avant les élections, tout en se montrant circonspect sur le calendrier parlementaire.

Le texte prévoit une déclaration préalable des grévistes 48 heures avant le conflit et une prévision de trafic pour les usagers, au plus tard 24 heures avant le début de la grève, comme à la SNCF ou à la RATP.

Le gouvernement avait inscrit cette proposition à l'ordre du jour des travaux de l'Assemblée le 20 décembre, au moment où une grève des agents de sûreté perturbait l'activité des aéroports.

James Regan, Gérard Bon et Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.