Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

COR-Des ministres tirent à vue sur l'accord PS-EELV

Reuters17/11/2011 à 20:06

Correction: dans notre dépêche du 16 novembre, bien lire d'ici 2025 au 21e paragraphe.

PARIS (Reuters) - Des ministres français sont vent debout contre le volet de l'accord PS-EELV sur le nucléaire qui signifierait selon eux la mort d'une filière dont dépendent des milliers d'emplois.

L'accord a minima intervenu mardi entre le Parti socialiste et Europe Ecologie-Les Verts prévoit notamment l'arrêt de 24 réacteurs nucléaires sur les 58 en service d'ici à 2025.

Le candidat socialiste, François Hollande, s'est engagé à réduire la part du nucléaire dans la production électrique de 75% à 50% d'ici 2025 mais a refusé la sortie totale du nucléaire mise en avant par les écologiques.

Mais pour le ministre de l'Industrie, Eric Besson, "c'est bien la sortie du nucléaire qui est engagée" si ce texte devait être mis en oeuvre après la présidentielle de 2012.

"C'est une régression industrielle, c'est la mort de l'industrie nucléaire française, qui est aujourd'hui la plus puissante dans le monde", a-t-il dit lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale.

Le ministre a affirmé qu'une telle mesure entamerait le pouvoir d'achat des Français puisque "l'électricité va augmenter considérablement si ce programme devait par malheur être adopté".

A la sortie du Conseil des ministres, Eric Besson avait déjà fustigé un "accord inepte".

"C'est une régression absolument invraisemblable. Ce n'est pas se tirer une balle dans le pied sur le plan industriel, c'est carrément une amputation", a-t-il dit.

PAS D'ABANDON DE LA FILIÈRE MOX

Pour Valérie Pécresse, ministre du Budget, "la faiblesse" de François Hollande vis-à-vis de la chef de file d'EELV, Cécile Duflot "risque de coûter très cher aux Français".

"Ça coûtera très cher en matière de facture énergétique puisque la suppression de 24 centrales nucléaires coûtera une augmentation de 50% de la facture énergétique des Français", a-t-elle dit également à la sortie du conseil des ministres.

"Ça coûtera très cher aux Français en termes d'emploi puisque vous savez que la filière nucléaire fait vivre 400.000 personnes. Le coût sera aussi très lourd en termes d'indépendance énergétique et d'approvisionnement énergétique", a-t-elle ajouté.

La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a regretté que "les Verts échangent des objectifs environnementaux contre des objectifs politiques".

"Là ce sont des centrales contre des circonscriptions, un jour ce sera autre chose. Vraiment, est-ce que des questions aussi sérieuses que le nucléaire peuvent se traiter de cette manière, je ne crois pas", a-t-elle dit aux journalistes.

Elle persiste dans Le Figaro, à paraître jeudi, en soulignant que "la sûreté nucléaire ne doit pas être une affaire d'idéologie".

"Le programme du Parti socialiste ne contient rien sur l'environnement, il sous-traite ces questions aux Verts qui, eux, poursuivent des objectifs politiques. Pour moi, c'est la démonstration que la spécialisation d'un parti sur les questions écologiques aboutit finalement à une double peine pour l'environnement", déclare-t-elle.

Tous les écologistes ne sont pas satisfaits de l'accord PS-EELV, d'autant que le passage sur l'arrêt du retraitement du combustible MOX initialement acté a été supprimé de la version entérinée mardi soir par la direction socialiste.

Le PS ne souhaite pas renoncer à la filière de retraitement du combustible MOX, ont fait savoir mercredi des responsables du parti.

"En fait d'accord, François Hollande est tout bonnement parvenu à imposer son positionnement initial", déplore le réseau "Sortir du nucléaire", qui regroupe 920 associations.

"Pas question de remettre en cause l'EPR de Flamanville, malgré ses surcoûts, dangers et malfaçons qui sont maintenant de notoriété publique", ajoute-t-il.

Pour le réseau, la promesse de fermeture de 24 réacteurs d'ici 2025 n'est qu'une "maigre concession" puisque d'ici 2025, plus de trente réacteurs auront de toute façon dépassé la durée de fonctionnement prévue de 30 ans.

Selon lui, le seul paragraphe vraiment ambitieux promettant l'arrêt du retraitement du MOX a été retiré "sous la dictée du lobby nucléaire".

Gérard Bon et Sophie Louet

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.