Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

COP21-Paris veut un pré-accord sur les financements d'ici octobre

Reuters04/06/2015 à 19:21

* Pas d'accord sur le climat sans accord sur le financement * Cette question est cruciale pour la conférence de Paris (Avec déclarations Michel Sapin) MARSEILLE/PARIS, 4 juin (Reuters) - La France souhaite la conclusion d'un pré-accord sur les questions de financement de la lutte contre le réchauffement climatique d'ici les assemblées d'automne de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) à Lima, les 9 et 11 octobre, a déclaré jeudi le ministre des Finances Michel Sapin. Les participants au sommet sur le climat de Copenhague, en 2009, se sont engagés à consacrer 100 milliards de dollars par an, publics et privés, à l'aide aux pays en développement, pour qu'ils réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) et s'adaptent aux conséquences des dérèglements climatiques. Mais cette question reste un des principaux points à régler par la conférence sur le climat de Paris (COP21), qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre. "C'est la question cruciale. Il n'y aura pas d'accord à Paris s'il n'y a pas les financements", a déclaré jeudi à Marseille le chef de l'Etat français, François Hollande, lors de l'ouverture du Forum méditerranéen sur le climat, la MedCop21. Cette conférence mobilise les acteurs impliqués dans la lutte contre le changement climatique en Méditerranée. Un Fonds vert pour le climat, dont la création a été décidée au sommet de Copenhague, réunit aujourd'hui une dizaine de milliards de dollars. "DÉBLAYER" LE TERRAIN "Nous devons arriver, au-delà de ce fonds vert, à mobiliser des financements pour qu'à partir de 2020 100 milliards puissent être dégagés" par an, a dit François Hollande. "C'est à la fois une condition pour l'accord et c'est un levier considérable pour l'économie et la croissance verte." Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la totalité des aides publiques bilatérales et multilatérales liées au climat et octroyées au pays en développement a atteint 37 milliards de dollars en 2013. Mais la prise en compte de tout ou partie de ces sommes dans l'enveloppe de 100 milliards promise se heurte à des problèmes de définition de leur nature et de leur destination. "Nous avons souhaité mettre en oeuvre une clarification méthodologique (...) pour qu'on dise ce qu'il y a exactement dans ces 100 milliards", a déclaré Michel Sapin en marge d'une conférence ministérielle de l'OCDE sur le climat. Il a dit a des journalistes avoir bon espoir quant à l'aboutissement de ces travaux. Mais il reste également à compléter les financements publics par des fonds privés. "Le plus fondamental c'est la réorientation des financements privés vers des activités" sobres en GES, a-t-il souligné. "En terme de calendrier, notre souhait est que (...) nous puissions avancer de manière à ce qu'à Lima nous ayons, si ce n'est un accord total et complet, en tous les cas les bases d'un accord sur les questions de financement." Le ministre français des Finances a précisé que les acteurs principaux se réuniraient en marge des assemblées du FMI et de la Banque mondiale à Lima pour "déblayer" le terrain et "avoir une base solide pour la suite des débats sur ces questions". (Jean-François Rosnoblet et Emmanuel Jarry, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.