Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Controverse et exaspération policière après les incidents

Reuters29/04/2016 à 15:03

CONTROVERSE APRÈS LES INCIDENTS EN MARGE DES MANIFESTATIONS

par Simon Carraud

PARIS (Reuters) - Les débordements de ces derniers jours en marge des mouvements sociaux donnent lieu à un débat entre une partie de la droite, qui appelle à l'interdiction des manifestations, et le gouvernement, selon qui il ne faut pas céder à "l'énervement".

Lors d'une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme du Code du travail, 214 personnes ont été interpellées jeudi partout en France, selon le ministère de l'Intérieur, et 78 policiers et gendarmes ont été blessés - dont un a été touché à la tête par un pavé.

Ces chiffres, auxquels il faut ajouter les quelques dizaines d'interpellations depuis le début des "Nuits debout" il y a un mois à Paris, alimentent l'exaspération de forces de l'ordre déjà très sollicitées en cette période d'état d'urgence.

Ce régime, instauré dans la foulée des attentats du 13 novembre 2015, justifie selon des responsables de droite une interdiction de cortèges jugés incontrôlables.

"Il faut que ces manifestations qui dégénèrent de plus en plus (...) soient interdites", a plaidé vendredi matin le député Les Républicains Eric Ciotti sur iTELE.

"Il y a (...) une complaisance du gouvernement, qui a refusé d'intervenir pour exprimer l'autorité de la République. Le gouvernement a peur de s'aliéner l'extrême gauche, il refuse d'agir", a-t-il ajouté.

"EMPORTEMENT ET OUTRANCE"

La demande d'évacuation de la place de la République, où se tiennent chaque soir les "Nuits debout", est reprise par toute une frange de la droite, de François Fillon à Frédéric Péchenard, ancien commissaire de police devenu proche de Nicolas Sarkozy et élu d'Ile-de-France.

"Ça fait un mois que ça dure. Franchement, c'est beaucoup. Beaucoup trop", a jugé ce dernier sur RTL.

Réfutant toute accusation de laxisme, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qualifie les violences d'"inacceptables", assure avoir donné des instructions de fermeté, mais souligne qu'il faut respecter les procédures.

"L'autorité de l'Etat, ce n'est pas l'abandon des principes de l'état de droit, ce n'est pas un Etat expéditif qui arrête et juge sans que les procédures n'aient été respectées", a-t-il déclaré vendredi matin à la presse.

"L'autorité de l'Etat, je le dis à tous ceux confondent autorité, énervement, emportement et outrance, suppose à chaque instant le respect rigoureux du droit", a ajouté le ministre.

POLICIERS À GENOUX

Pour les policiers, la charge de travail que représente le double mouvement contre le projet de réforme du Code du travail et "Nuit debout" s'ajoute à celle créée par les suites des attentats de novembre et par l'Euro de football, prévu du 10 juin au 10 juillet.

Le porte-parole du syndicat policier Unité SGP Police-FO, Nicolas Comte, souhaite lui aussi que soient interdits les rassemblements de la place de la République, qui attirent selon lui des "casseurs" bien organisés.

"Tout ça conduit à de la fatigue et à un ras-le-bol, d'une part parce que ce sont des individus très violents, et surtout parce que, dans un climat de dégradation du climat social, c'est un mouvement qui dure", juge-t-il.

"Les policiers sont en permanence sollicités. Il y a de la colère, du découragement", poursuit-il.

Jean-Marc Bailleul, secrétaire général du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI), parle quant à lui d'"appréhension" des forces de l'ordre. "Parce que c'est toute les semaines."

Les syndicats sont unanimes pour dire que les policiers sont déjà sur les genoux, comme le prouvent les plus de 17 millions d'heures supplémentaires en souffrance - et il est selon eux impossible de les récupérer dans la situation actuelle.

(Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.