1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Contrôles aériens vers les États-Unis : une "dérive sécuritaire" ?

Le Point08/07/2014 à 13:12

Panneau d'affichage dans un aéroport annonçant des retards.

Pour contrer de potentielles menaces terroristes, Washington a décidé du renforcement des contrôles de sûreté aéroportuaires sur les vols à destination des États-Unis. Outre les retards attendus dans les aéroports européens cet été - dont la France, la Belgique et la Grande-Bretagne -, les voyageurs devront aussi s'assurer que leurs appareils électroniques sont bien chargés, a détaillé l'Agence américaine du transport aérien (TSA) dans un communiqué dimanche. Les autorités craignent en effet que les téléphones, tablettes et ordinateurs portables puissent être utilisés comme des bombes. "Les appareils déchargés ne seront pas admis à bord", précise le communiqué et "le voyageur pourra également faire l'objet d'un contrôle supplémentaire". Même si elles paraissent sérieuses, ces mesures complémentaires ne sont pas inédites. "En 2009, à l'aéroport d'Alger, tous les passagers ont dû sortir et allumer leur ordinateur pour vérifier qu'ils ne cachaient pas un explosif", remarque Amine Mecifi, consultant en sécurité aérienne. Il note également que les mesures de sécurité se sont développées "bien avant le 11 Septembre", et au-delà des pays occidentaux. "À l'aéroport de Damas, en Syrie, j'ai dû vider ma bouteille d'eau. J'ai demandé Pourquoi ? On m'a répondu : Et si c'était un explosif liquide ? C'était en 1995", se souvient le spécialiste. Casser la routine En revanche, c'est la "généralisation"...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer