1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Contre la réforme des retraites, des actions festives plutôt que la grève
Le Parisien17/01/2020 à 20:16

Contre la réforme des retraites, des actions festives plutôt que la grève

Le mouvement contre la réforme des retraites change de visage. Flashmob, descentes aux flambeaux, actions devant des lieux symboliques, chorégraphies dansées, spectacle de danse sur le parvis de l'Opéra de Paris et concert gratuit ce dimanche de l'orchestre de l'Opéra... se propagent dans toute la France.« On veut mettre les rieurs de notre côté et faire des actions symboliques et festives », indique-t-on à la CGT. « C'est l'imagination collective qui prend le relais. Tout le monde est fatigué mais l'énergie est plus forte », décrypte Eric Beynel, représentant de Solidaires. VIDÉO. L'orchestre de l'Opéra de Paris fait grève en musique Un tournant dans le mode d'actions qui arrive au moment où la popularité des grèves est en chute, et où les têtes de pont des mobilisations - cheminots et agents des transports - sont à bout de souffle, essorés financièrement après plus de 40 jours sans salaire.« Ce qui se dessine c'est l'arrêt des grèves reconductibles pour taper fort à chaque nouvelle date des mobilisations comme le 24 janvier, et entre-temps faire vivre l'opposition avec de nouveaux modes d'actions », explique ce militant cégétiste. Car ce changement de pied tactique vient du terrain. Mode opératoire, type d'actions, calendrier de ces initiatives... les décisions ne viennent pas d'en haut, mais sont prises localement, au sein des syndicats professionnels, des antennes locales, « entre copains de lutte ».«À cause de Macron» sur l'air d'«A cause des garçons»Le 9 janvier, alors que les manifestants s'apprêtaient à défiler en rangs traditionnels, un groupe de femmes habillées comme Rosie la riveteuse, l'ouvrière de la célèbre affiche américaine (devenue depuis un symbole féministe) se sont mises à danser en parodiant la chanson « A cause des garçons ». « À cause de Macron... c'est la chute des pensions », pastichaient leurs paroles... Leur idée a fait boule de neige ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer