1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Contestation en Algérie : ce qui inquiète la France
Le Parisien26/02/2019 à 07:27

Contestation en Algérie : ce qui inquiète la France

C'est un détail révélateur : interrogé sur la situation en Algérie, l'Elysée préfère, prudemment, renvoyer son interlocuteur au Quai d'Orsay. Pourtant, c'est bel et bien dans le bureau présidentiel que se prennent les décisions et orientations cruciales sur ce dossier brûlant entre tous, depuis des décennies.Ainsi, selon le journaliste Mohamed Sifaoui, auteur de « Où va l'Algérie ? »*, c'est Emmanuel Macron en personne qui aurait donné, il y a quelques semaines, l'aval de la France à la nouvelle candidature, pour un cinquième mandat, d'un président Abdelaziz Bouteflika à bout de souffle. Il est incontestable que, vu de Paris, la contestation sans cesse montante de la rue d'Alger et de multiples villes du pays contre cette perspective jugée « humiliante » -- être dirigés par un grabataire devenu quasi invisible --, fait très peur.Conséquences économiques, humaines et sécuritairesNormal, les relations entre les deux pays sont aussi passionnelles que compliquées, les deux nations sont littéralement imbriquées l'une dans l'autre. Une déstabilisation de l'Algérie, plus grand pays africain et, surtout, l'une des toutes premières puissances militaires du continent, aurait forcément de graves conséquences en France. Sur le plan économique, d'abord. Paris, outre d'importants liens économiques avec son ancienne colonie, est très dépendant du gaz fourni par l'Algérie.Mais c'est surtout sur le plan humain que l'impact serait considérable. « On dénombre environ un million de binationaux franco-algériens, avance Mohamed Sifaoui, quelque 150 000 à 200 000 en Algérie, 800 000 ici. Si on élargit à leurs familles, on atteint un nombre proche d'une quinzaine de millions de personnes qui, à un titre ou un autre, pourraient prétendre légalement se réfugier en France », assure le spécialiste, se défendant de tout « catastrophisme ». De fait, un exode massif, par voie d'embarcations de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer