Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Consultation sur l'asile, les associations réticentes
Reuters21/12/2017 à 20:32

CONSULTATION SUR L'ASILE, LES ASSOCIATIONS RÉTICENTES

CONSULTATION SUR L'ASILE, LES ASSOCIATIONS RÉTICENTES

PARIS (Reuters) - Edouard Philippe a annoncé jeudi le lancement, en janvier, d'une consultation pour préparer l'avant-projet de loi asile et immigration dénoncé par les associations de défense des migrants.

Sur fond de polémique sur une circulaire du 12 décembre qui invite les préfectures à examiner la situation administrative des étrangers dans les centres d'hébergement d'urgence, le Premier ministre a salué une discussion "calme et claire" jeudi avec une trentaine d'associations d'aide aux migrants.

"Nous avons entendu les réactions et nous avons considéré qu'il était nécessaire de nous expliquer", a-t-il déclaré à Matignon, sans toutefois revenir sur cette circulaire dont les associations réclament le retrait.

Gage de compromis, le Premier ministre a confirmé aux associations le retrait du projet de loi de la disposition dite du "pays tiers sûr". Cette disposition aurait permis d'expulser des demandeurs d'asile vers un pays hors Union européenne considéré comme sûr par lequel ils auraient transité, par exemple la Turquie.

Autre concession : le sujet des mineurs isolés, confié à la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, ne fera pas partie prenante du texte, ont confirmé en outre des représentants des associations.

Ces dernières ont été conviées le 11 janvier à cette consultation, qui réunira également des maires et des parlementaires.

"Ce n'est pas une concertation, c'est une consultation", résumait Patrick Doutreligne, président de l'Union des associations nationales d'hébergement et de lutte contre l'exclusion (Uniopss), notant que le gouvernement s'était contenté de réexpliquer sa politique.

La réponse des associations à l'invitation reste incertaine.

"Je ne vois pas bien comment nous pouvons continuer des discussions comme celles-ci", a dit Corinne Torre, de Médecins sans frontières, à la presse à l'issue de la réunion.

Sur le front politique, le sujet menace de faire apparaître de premières divergences au sein de la majorité, accrocs que la République en Marche s'efforce de lisser à l'Assemblée par le biais de la création d'un groupe de travail.

Le Parti socialiste a demandé jeudi dans un communiqué le retrait d'une circulaire qui porte à ses yeux "très gravement atteinte aux droits des étrangers et au travail des associations".

La Cimade, association de défense des migrants et des réfugiés, a appelé dans une vidéo Emmanuel Macron à respecter ses promesses plutôt qu'à "engager l'État dans le tri des personnes migrantes".

Le chef de l'Etat a fait le voeu, en juillet dernier, de n'avoir "plus personne dans les rues, dans les bois" d'ici la fin de l'année.

(Julie Carriat, édité par Elizabeth Pineau)

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M5065888
    22 décembre08:45

    D'où les associations détiennent elles la moindre parcelle de pouvoir ? Qu'à t-on à faire de leurs états d'âme ?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer