1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Concours Lépine : un musicien couronné pour sa ligature d'anche de saxo
Le Parisien11/05/2013 à 23:43

Concours Lépine : un musicien couronné pour sa ligature d'anche de saxo

Le concours Lépine de l'ingéniosité a distingué, samedi soir à Paris, celle d'un saxophoniste de 65 ans, inventeur d'une ligature en laiton pour protéger l'anche de son instrument et en préserver le son. Un accessoire déjà remarqué par les musiciens.

Récompensée parmi les 578 inventions présentées depuis dix jours à la Foire de Paris, la «Ligature JLV» (pour Jean-Luc Vignaud, son inventeur) est composée d'une ceinture de métal placée au contact de l'anche, grâce à deux petits plots latéraux, et pouvant être resserrée sans contrainte sur le bec. Le dispositif peut être adapté sur un saxo ou une clarinette.

A force de souffler, le musicien finit par déformer l'anche (une ou deux lamelles, souvent de bois, qui vibrent pour produire un son riche et varié) de son instrument. La déformation provoque des fuites d'air très perturbantes pour l'artiste, qui l'entravent notamment dans les graves et les aigüs.

«J'ai cherché comment remédier à ces fuites: après six ans de travaux, j'ai trouvé différents procédés et il m'a fallu encore quatre ans pour mettre ma ligature au point. C'est un travail énorme», expliquait Jean-Luc Vignaud, avant même de savoir que sa trouvaille lui vaudrait le 112e Prix du Président de la République et le vase en porcelaine de Sèvres qui en témoigne.

Professionnels ou amateurs, nombre de musiciens ont été séduits

Jean-Luc Vignaud, musicien professionnel parisien originaire de Nîmes (Gard), a commencé le saxo à 12 ans. Il continue d'exercer son art en solo ou au sein de formations de jazz.

Pendant l'exposition, il a noté l'intérêt marqué des musiciens, pro comme amateurs. «Certains sont même revenus avec leur instrument pour l'essayer» assure-t-il. Aujourd'hui, c'est sûr, la Ligature JLV a rencontré son destin et lui son rêve. «Certains me disaient qu'il valait mieux aller la présenter dans les salons pour professionnels. Mais pour moi c'est le Concours Lépine qui...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer